Mot-clef : José Cura

Theater Bonn: PETER GRIMES

Peter Grimes mis en scène et chanté par José Cura à Bonn

Coproduit avec l’Opéra de Monte-Carlo qui remontera la production à l’hiver prochain, Peter Grimes de Britten est d’abord présenté cette saison à Bonn, dans une nouvelle mise en scène du ténor José Cura, pour l’occasion également garant du rôle-titre. L’ensemble présente un décor de grande qualité autant qu’une prestation musicale de très bon niveau, à laquelle la direction de Jacques Lacombe assure une très bonne mise en place de l’orchestre ...
Tannhäuser en VF à Monaco

Tannhäuser en VF à Monaco

Serti par la direction très attentive de Nathalie Stutzmann et le visuel à haute teneur poétique de Jean-Louis Grinda, le Tannhäuser en VF de Monaco permet de répondre enfin à l'épineuse question de la version dite de Paris, posée par l'opéra le plus retouché de son auteur, un opéra qui n'est pas qu'écartelé entre sexe et religion. Mais quelle mouche, sinon celle de l'ego, a donc piqué le grand Richard lorsqu'en ...
A47A0238_©Attila Nagy

Tosca à Budapest

Reprenant une production largement rodée déjà servie par plusieurs distributions, l'Opéra d'État Hongrois programmait Tosca dans le cadre du Festival de Printemps de Budapest. Si la distribution était fortement hongroise, du rôle titre Csilla Boross qui fit ses classes à deux pas de l'opéra à l'Académie Franz Liszt, au chef d'orchestre Balázs Kocsár, la présence du ténor argentin José Cura donnait la couleur internationale attendue pour ce festival. Construit sur le ...
La rondine, Opera National de Lorraine

La Rondine à Nancy, toute en délicatesse

Mis à part Le Villi et Edgar, ouvrages de jeunesse, La Rondine demeure le moins célèbre et le moins joué des opéras de la pleine maturité de Giacomo Puccini. C’est pourtant cette œuvre qu’a choisie le célèbre ténor José Cura pour y diriger scéniquement et musicalement une troupe de jeunes artistes qu’il a eu l’occasion de faire travailler dans les master classes qu’il donne chaque année en Lorraine à l’invitation ...
Les débuts de José Cura

Les débuts de José Cura à l’Opéra de Cologne

Opéra et star system sont indissociables, dit-on. A Cologne, paraît-il, ce n’est pas le cas. Bien que les vedettes internationales passent rarement à l’Opéra (le budget étant plutôt limité), les débuts in loco de José Cura n’ont pas rempli la salle. Etait-ce par qu’en même temps, à la Philharmonie, le Cleveland Orchestra interprétait la Symphonie n°2 de Mahler ? Ou était-ce parce que le public de Cologne connaissait déjà cette production datant ...
Un opéra bien affûté

Andrea Chénier, un opéra bien affûté

Si les noms d’André Chénier et d’Umberto Giordano sont aujourd’hui quasiment tombés dans l’oubli il nous reste heureusement en héritage ce drame historique en quatre actes dont le vérisme affirmé est caractéristique de ce mouvement italien apparu à la fin du XIXe siècle et tout droit issu du Naturalisme français. Si la partition et le livret sont, somme toute, d’un accès relativement aisé et plaisant pour le public, cet opéra ...
Quand Desdémone se couche à terre

Quand Desdémone se couche à terre

Ce n’est certes pas la première fois que la question est posée. Mais après avoir visionné ce DVD, on ne peut faire autrement. Pourquoi les metteurs en scène actuels ont-ils tellement peur de beaux décors ? Dans le cas présent, nous avons affaire à une direction d’acteur souvent fascinante, mettant en relief de façon exemplaire les relations entre les différents personnages. Mais cette impression très favorable est presque anéantie par la manie ...
La victoire de Puccini sur la contestation

La victoire de Puccini sur la contestation

Turandot Devant le fond de scène tendu d’un drap noir, quelques estrades, quelques sièges forment le décor unique de cette insolite Turandot. Suivie par les éclairages crus, blancs ou bleu-nuit d’Andrea Anfossi, une nacelle métallique descend des cintres. A son bord, vêtu d’un smoking et d’une chemise blanche, un personnage s’adresse à la salle en chantant : « Popolo di Pékino ! ». Malgré son exhortation, nous ne sommes pas en Chine, mais ...
I Pagliacci

I Pagliacci dominé par José Cura et Barbara Frittoli

Après la création en 1890 de Cavalleria Rusticana (l’opéra de Mascagni qui fît sa fortune), l’éditeur Edoardo Sonzogno sut reconnaître dans le livret que lui présentait Leoncavallo le parfum du succès. Crée en 1892 à Milan, I Pagliacci est considéré aujourd’hui comme le manifeste vériste par excellence. Manifeste par son prologue exposant en détails le nouvel idéal esthétique du compositeur italien, l’opéra met en scène des personnages simplement humains, habités ...
André Chénier ou la Révolution Française fantasmée

André Chénier ou la Révolution Française fantasmée

Les parutions vont vite : voici qu’en juillet, TDK nous propose un DVD d’Andrea Chénier de janvier 2006 à Bologne ! Les occasions de voir cet opéra sont bien rares, question de mode, question de voix, aussi nous ne bouderons pas notre plaisir, d’autant plus que les deux protagonistes sont parmi les plus adéquats du moment pour cette œuvre. Deux interprètes d’ailleurs souvent décriés, parfois traités de » grosses voix sans nuances » de nouveau, ...
Apologie du machisme

Turandot à Zurich, ou l’apologie du machisme

Dans cette fable fantastique de Giacomo Puccini, la légende de Turandot sublime l’être transformé par l’amour. Pour venger une aïeule abusée, la princesse Turandot refuse de céder à la passion amoureuse. Pour se défendre des tentations, elle imagine un supplice. Elle n’appartiendra qu’à l’homme qui résoudra ses trois énigmes. Sinon, le soupirant sera décapité. Calaf, ébloui par la beauté étincelante de la princesse défie le sort. Dans sa course à ...