Mot-clef : Nataliya Kovalova

© GTG/Yunus Durukan

Songe surréaliste à Genève

Rarement monté sur les scènes lyriques, Juliette ou la clé des songes de Bohuslav Martinů pose son rêve éveillé sur le plateau du Grand Théâtre de Genève. Si le compositeur tchèque ne jouit pas de la popularité de ses compatriotes Dvořák, Janáček et Smetana, sa musique reste parmi les plus intéressantes du répertoire de la première moitié du XXe siècle. A l’image de celle qu’il propose dans cet opéra, ode ...
Louise dénaturalisée

Louise dénaturalisée à Strasbourg

Après avoir ouvert la saison en fanfare avec Richard III, importé d’Anvers, le nouveau directeur de l’Opéra national du Rhin, Marc Clémeur, présentait sa première nouvelle production avec Louise. Le chef-d’œuvre de Gustave Charpentier a certes connu un immense succès public dans la première moitié du XXe siècle (1026 représentations à l’Opéra-Comique de Paris entre la création en 1900 et 1967) mais n’a pas depuis totalement déserté la scène (Paris, ...
Gala ou pas gala ?

Gala ou pas gala ?

Deutsche Oper am Rhein Décidemment, les galas sont très en vogue en Rhénanie ! Après un « Gala Richard Strauss » à Cologne en juin dernier, un « Gala Gustav Mahler » pour l’ouverture de la nouvelle saison du Gürzenich-Orchester, c’est au tour du Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf/Duisburg de proposer un grand gala lyrique pour l’ouverture de sa saison 2009-2010, la première sous l’égide de Christoph Meyer et Axel Kober. ...
Stefano Secco, l’appel aux larmes

Stefano Secco, l’appel aux larmes

La Bohème Che gelida manina, une mélodie impossible à détacher de la voix solaire de Luciano Pavarotti. Comment émouvoir aujourd’hui avec un rôle que le ténorissimo a porté aux sommets sur toutes les scènes du monde ? A Lausanne, la réponse existe. Elle a pour nom Stefano Secco. Non pas que la voix du ténor soit plus belle, plus grande ou plus lumineuse que celle de Pavarotti, mais Stefano Secco convainc plus encore ...
Un Don Carlos minimaliste

Un Don Carlos minimaliste

Enfin ! Sauf omission, il aura fallu dix ans, depuis les déjà mythiques représentations du spectacle de Luc Bondy, au Théâtre du Châtelet puis à l’Opéra de Lyon, pour que Don Carlo(s) retrouve son s final et soit donné en français, dans sa langue originale et sur son sol natal. C’est en effet pour la « Grande Boutique » que Giuseppe Verdi composa en 1866 sa première mouture, à la prosodie adaptée à ...