Mot-clef : Stefan Herheim

Cenerentola-web-7-©Jean-Pierre_Maurin

La très divertissante Cenerentola de l’opéra de Lyon

Spectacles idéaux de fin d'années par leur joie et leur humour, les opéras de Rossini demeurent des valeurs sûres, d'où cette programmation à Paris comme à Lyon pour une Cenerentola très réussie visuellement, malgré quelques surcharges, et servie par une distribution de qualité, mais qui expose les limites de l'Orchestre de l'Opéra national de Lyon. Décidément, Rossini est à l'honneur pour les fêtes de cette fin d'année ; à côté du ...
wozzeck oper am rhein skovhus kuncio

Wozzeck par injection létale à Düsseldorf avec l’incroyable Bo Skovhus

Pour sa nouvelle production de Wozzeck, l’Oper am Rhein de Düsseldorf a fait appel à Stefan Herheim, qui transpose l’action dans une chambre d’exécution des États-Unis. Bo Skovhus livre à nouveau une prestation scénique exceptionnelle dans le rôle-titre, le reste de la distribution étant vocalement porté par la magnifique Marie de Camilla Nylund et le Capitaine de Matthias Klink. En transportant l’exécution de Johann Christian Woyzeck, mort par pendaison sur la ...
Parsifal Amfortas hoch

Parsifal à Bayreuth : le vœu pieu d’Uwe Eric Laufenberg

An II pour le Parsifal oecuménique mais un brin soporifique d’Uwe Eric Laufenberg. Pourtant le message à faire passer était des plus essentiels. Marek Janowski, remplaçant au pied levé Hartmut Haenchen souffrant, anime, depuis la fosse une réalisation par trop languide. « Il m’arrive de penser qu’il serait préférable qu’il n’y ait plus de religions du tout. » Cette phrase hautement troublante du Dalaï Lama en exergue du programme introduit la réflexion du ...
Salome

Salomé à Stuttgart ou l’Orient compliqué de Kirill Serebrennikov

Du monde contemporain, le metteur en scène russe ne retient que les images les plus racoleuses sans se préoccuper ni de cohérence, ni de l’œuvre. Idéologie de la (vidéo)surveillance, Daech, crise des réfugiés, usage de la torture dans les geôles américaines, tyrannie des médias : ce ne sont que quelques-uns des grands thèmes contemporains que Kirill Serebrennikov met en scène dans sa Salomé, où il n’oublie pas non plus toutes les perversions ...
bayreuth16_walkyrie1

Bayreuth offre une Walkyrie de répertoire avec un casting renouvelé

Le changement dans la continuité : voilà à quoi se résume cette Walkyrie à l'effectif vocal profondément remanié et qui tient à la seule force de la mise en scène de Frank Castorf. Nous avions développé dans les précédentes éditions la façon dont Castorf opérait avec Walküre un retour à la racine de la malédiction du pétrole. L'impact négatif de l'or noir se lit aussi bien dans le pillage des ressources ...
Die Meistersinger von Nürnberg à Bastille : le bonheur absolu

Die Meistersinger von Nürnberg à Bastille : le bonheur absolu 

Une grande réussite de l'opéra de Paris, dont on espère de nombreuses reprises ! Le rideau se lève pendant l'ouverture sur un Richard Wagner – ou peut-être Hans Sachs – en pleine fièvre créatrice. Il se dirige ensuite vers un coin de la scène où il retrouve, ému, ses jouets d'enfant. Par un joli effet scénique, le secrétaire à cylindre sur lequel le musicien composait enfle et devient la cathédrale Sainte-Catherine du ...
rusalka lyon

Rusalka selon Stefan Herheim : fluctuat et mergitur

Dans ce « conte lyrique » qu’est Rusalka, Dvořák alterna formes fixes et fantaisie vagabonde. Par-dessus tout, il se laissa envahir par ce merveilleux à l’égard duquel le metteur-en-scène doit avoir la foi du charbonnier. Hélas, Stefan Herheim demeure un morne mécréant. Libre au dramaturge de ne pas représenter les contes littéraires sur lesquels Jaroslav Kvapil bâtit ce livret (Undine de Friedrich de La Motte-Fouqué et La petite sirène de Christian Andersen) ; encore ...
bayreuth2014

Retour de Bayreuth 2014 (3)

Là où certains esprits étroits ont cru percevoir l’occasion de vilipender un énième avatar du Regietheater, il faut reconnaître l’évidence d’un travail d’orfèvre qui fait jaillir toujours plus de détails à chaque représentation. Cette prolifération bouillonnante irrite et bouscule – n’oublions pas que la proposition de Castorf vient après le très pâle et anecdotique Torsten Dorst… L’ironie triomphante dont se réclame le metteur en scène est-allemand est à puiser dans ...
DSC_0262

Retour de Bayreuth 2014 (1)

Richard Wagner a voulu faire du Festspielhaus de Bayreuth l'épicentre de sa révolution musicale et intellectuelle. L'importance de ce lieu emblématique sur la représentation n'est pas à rechercher du côté de l'archéologie mondaine, contrairement à ce que voudrait nous faire croire l'atavisme nostalgique d'une bonne partie de l'assistance. Il est plaisant d'observer la tentation du public jet-set à importer ses manies hors d'âge dans un cadre qui s'y prête aussi ...
Parsifal II, le retour…

Parsifal II, le retour…

Festival de Bayreuth 2008 Cinq ans après la sulfureuse production due au tandem Pierre Boulez et Kristof Schliengensief, le vénérable festival wagnérien se paye un nouveau Parsifal. Certes, la scénographie du provocateur allemand avait de quoi secouer les méninges, mais elle était au moins intéressante dans sa manière de voir l’opus wagnérien devenir un acte fondateur des religions et de l’art. La réalisation de ce cru 2008 est à mettre au ...