Mot-clef : Steven Humes

DG

Don Giovanni, pour Jérémie Rhorer et Jean-Sébastien Bou

La mise en scène de Don Giovanni par Stéphane Braunschweig avait convaincu le public et la critique. Le CD qui en découle rend justice à la direction équilibrée de Jérémie Rhorer, mais il ne saurait rivaliser, en termes de performances vocales, avec les grands enregistrements du passé. Mention spéciale toutefois pour Jean-Sébastien Bou dans le rôle titre. Cet album est le reflet sonore de la mise en scène de Stéphane Braunschweig reprise ...
Tristan.01

Tristan à Turin : l’amour manque son rendez-vous

Malgré la baguette attentive de Gianandrea Noseda, l’amour extraordinaire de Tristan und Isolde de Richard Wagner ne parvient pas à se sublimer à cause d’une direction d’acteurs qui ne tient pas suffisamment compte des personnes protagonistes de l’œuvre. La production d’un opéra de Richard Wagner est pain béni pour un metteur en scène. L’esprit souvent irréel, les légendes qui habitent les opéras wagnériens lui permettent un éventail infini d’interprétations. Ainsi les ...
Tannhäuser en VF à Monaco

Tannhäuser en VF à Monaco

Serti par la direction très attentive de Nathalie Stutzmann et le visuel à haute teneur poétique de Jean-Louis Grinda, le Tannhäuser en VF de Monaco permet de répondre enfin à l'épineuse question de la version dite de Paris, posée par l'opéra le plus retouché de son auteur, un opéra qui n'est pas qu'écartelé entre sexe et religion. Mais quelle mouche, sinon celle de l'ego, a donc piqué le grand Richard lorsqu'en ...
Nouveaux horizons pour le Tristan de Daniele Gatti

Nouveaux horizons pour le Tristan de Daniele Gatti

Représenter Tristan et Isolde au Théâtre des Champs-Elysées, c'est en quelque sorte une façon de rendre un hommage à une salle qui a été la première à rompre avec l'habitude de donner Wagner en français en invitant Ferdinand Leitner à venir diriger la version allemande à l'orée des années 1950. Daniele Gatti honore la fin de son contrat avec le National en faisant le choix d'une œuvre qu'il n'avait jamais ...
Arabella München 2015

Arabella à Munich, pour Anja Harteros et Hanna Elisabeth Müller

C'est à Andreas Dresen que l’Opéra de Munich confie Arabella, le dernier et pas le moins problématique des opéras de Strauss et Hofmannsthal.  La longue histoire des cinéastes à l’opéra n’est pas près de trouver sa fin, quelles que soient les qualités qu’en attendent les directeurs qui les engagent. Tous, pourtant, ne sont pas Michael Hanecke, dont le Don Giovanni parisien avait ouvert à l’opéra des territoires qu’on ne soupçonnait pas ; après ...
or4

Un Nouveau Monde pour l’Or du Rhin à Genève

Assister à une représentation de L’Or du Rhin alors que l’on a déjà vu les trois autres journées de la Tétralogie, est une expérience troublante et pas si politiquement incorrecte qu’on pourrait l’imaginer. Un peu comme quand on fait la connaissance de quelqu’un et qu’ensuite seulement on découvre son passé. En Musique, la 9ème de Beethoven d’abord, la Première ensuite. Dans le cas Wagner, il peut arriver de commencer par ...
siegfried geneve2014

The Ring in Geneva : a crescendo in aesthetics

With its perfect narration of the legend, the depth of its direction, and an aesthetic sometimes deliberately distressed by a Brechtian desire to expose the seams, the beautiful Die Walküre imagined by Dieter Dorn for the Grand Théâtre de Genève last November was captivating from beginning to end and created a certain eagerness for its sequel. That eagerness was fully satisfied throughout the wonderful Siegfried staged by the German director ...
Don Giovanni_TCE

Don Giovanni du duo Rhorer/Braunschweig

Grosse actualité (et changement radical de répertoire) en ce printemps 2013 pour le chef Jérémie Rhorer, enchaînant en l’espace de quelques semaines la création de Claude de Thierry Escaich à l’Opéra de Lyon et cette nouvelle production de Don Giovanni, dans le cadre de la troisième et dernière édition du Festival Mozart dont il assure la direction artistique au Théâtre des Champs-Elysées. Il retrouve pour l’occasion Stéphane Braunschweig qui avait déjà ...
Rheingold geneve

A Genève, un Or du Rhin éclairé

La majorité des grandes maisons lyriques profite de l’occasion offerte par ce qu’on a appelé « l’année Wagner » pour redorer leur blason en présentant l’œuvre majeure du citoyen de Weimar : L’Anneau des Nibelungen. La réputation de Genève ne pouvait pas être en reste. Et tant pis si l’originalité de la démarche n’est pas des plus audacieuses. Au risque de recevoir les blâmes, voir les condamnations des « wagnerophiles ...
hollandais-turin

A Turin, un Hollandais de haut vol

Avec cette reprise de la production de l’Opéra Bastille 2010, le Teatro Regio réussit un « Hollandais » de haut vol. Haut vol musical avec un prise en main de la partition en lui insufflant une énergie et une intensité interprétative formidables. Survolté, Gianandrea Noseda entraîne un orchestre du Teatro Regio en pleine forme dans un déferlant feu d’artifice aux couleurs et aux rythmes chargés d’une puissance peu commune. Dès les premières ...
DVD_BelAir_Mahagonny

Un Mahagonny lyrique de haute volée

C’est dans une décharge publique, au milieu des immondices, que commence, et se terminera un peu plus de deux heures plus tard, ce Mahagonny madrilène, ce qui pourra inspirer à certains, et au premier abord seulement, un sentiment de rejet devant l’aspect parfaitement inesthétique de ce décor, ajoutant, comme certains costumes, une couche de trash très premier degré à un sujet en lui-même peu reluisant, où le second degré est ...
Fidelio sans chef

Fidelio sans chef à Munich

Nikolaus Bachler n’a pas toujours réussi ses nouvelles productions depuis qu’il dirige l’Opéra de Munich, mais l’habilité programmatique de ce nouveau Fidelio est presque diabolique, tant tout est là pour créer l’événement : une nouvelle production d’un grand classique germanique, unissant le ténor le plus populaire du moment, une Leonore aimée du public depuis sa Senta de 2006 et le plus «scandaleux» des metteurs en scène actuels, le tout à la ...
Pour les ténors uniquement

Idomeneo à Munich, pour les ténors uniquement

Après quatre ans de travaux de restauration, le Théâtre Cuvilliés de Munich, petit opéra rococo de 520 places, donnait pour sa réouverture Idomeneo, re di Creta de Mozart, choix évident puisque la création de cet opera seria eut lieu dans ce théâtre, le 29 janvier 1781. Jürgen Rose présente une scénographie très épurée. Le plateau est nu, grand espace froid en contraste avec les ors de la salle, pour représenter ...
Mahagony à Los Angeles

Mahagony à Los Angeles

Curieusement, en dépit de son grand potentiel musical et dramaturgique, Grandeur et décadence de la ville de Mahagony de Kurt Weill et Berthold Brecht ne s’est pas encore imposé au répertoire courant des maisons d’opéra. En terme de DVD, il fallait pour l’instant se contenter de la production très « intello bobo » de Peter Zadek pour le festival de Salzbourg 1998 (EuroArts). Dans ce contexte, cette nouvelle production californienne ...
Le phénomène Anja Harteros

Le phénomène Anja Harteros

L’édition de cette Traviata est un hommage au mandat du chef d’orchestre Zubin Mehta à la tête de l’Opéra de Munich. Arrivé en 1998 dans la fosse du Nationaltheater, Mehta se sera surtout limité à l’exploration de Verdi, de Wagner et de quelques opéras allemands. Ce disque, enregistré lors d’une série de représentations en mars dernier, marquait sa dernière confrontation munichoise avec le célèbre opéra de Verdi. Mehta est un ...
Un triomphe pour Zubin Mehta

Moses und Aron, triomphe pour Zubin Mehta

Moses und Aron est l’une des œuvres les plus difficiles du répertoire lyrique – à la fois pour les interprètes et pour les spectateurs. La musique, basée sur le système dodécaphonique, et le sujet sont en effet des plus complexes. Sans raconter une histoire proprement dite, ce fragment en deux actes nous confronte avec certaines dichotomies plutôt abstraites, mais fondamentales pour la société humaine : image et parole, captivité et liberté, ...
La Bohème

La Bohème, performance de Hasmik Papian en Mimì

Temps d’hiver, temps de grippe. Ce 20 décembre c’est le tour de la talentueuse soprano allemande d’origine grecque, Anja Harteros, dont les mélomanes munichois attendaient avec impatience la première Mimì in loco. Une remplaçante est vite trouvée en la personne de Hasmik Papian. Seulement, grâce au temps hivernal, la chanteuse arménienne met une journée entière pour se rendre de Vienne à Munich. Ce n’est qu’une heure avant le spectacle qu’elle ...