Mot-clef : Violeta Urmana

Le temps s’est arrêté à Berlin avec James Levine

Le temps s’est arrêté à Berlin avec James Levine

Pour un concert exceptionnel, James Levine dirige la Staatskapelle Berlin et emmène la Troisième Symphonie de Gustav Mahler sur des sommets, malgré un orchestre très souvent pris en défaut. Une telle atmosphère électrique à la Philharmonie de Berlin n’avait plus été ressentie depuis les derniers concerts de Claudio Abbado, mais aujourd’hui sur la scène, une longue rampe donne accès à un pupitre surélevé pour permettre à un autre chef d'y accéder, ...
4

Au Met, la démesure d’Aida ne prend pas d’âge

La production à grand spectacle d’Aida concoctée par Sonja Frisell il y a bientôt trente ans, ferait presque oublier la trame de cet opéra et les protagonistes sur scène par un déploiement de tableaux visuels plus sublimes les uns que les autres. La direction musicale de Daniele Rustioni est tout aussi rutilante alors que la distribution vocale reste à la hauteur du spectacle sans se noyer dans toute cette démesure. Ce ...
Souffrance et transfiguration par Peter Sellars

Souffrance et transfiguration par Peter Sellars

Au lendemain de l'horreur niçoise, Aix-en-Provence a décidé de continuer. Ce dyptique Stravinsky Oedipus Rex/Symphonie de psaumes conçu par Peter Sellars, donné en quasi-clôture de la 68e édition, une des plus mémorables du Festival, est un viatique. « L'art peut sembler dérisoire en regard de la violence et de l'effroi qui frappent notre monde ; chaque communauté de spectateurs réunis par une œuvre d'art constitue une expérience de notre humanité partagée. Cette expérience-là est ...
tristan sellars paris

Le rituel Tristan de Sellars à Paris

Wagner a écrit Tristan et Isolde comme une cérémonie d’initiation : action scénique réduite au minimum, quasiment pas de choeurs (mais quels !) pour 5 chanteurs (voire deux !) qui parlent pendant 4 heures du voyage humain de l’Amour à la Mort. L’opéra wagnérien a toujours été le miroir des avancées en matière de mise en scène. Nul doute, alors, que Wagner, qui rêvait de l’oeuvre d’art totale (le fameux ...
dg_symphony_edition_claudio_abbado

Anniversaire symphoniste pour Abbado en 41 CDs

Universal fête dignement le 80e anniversaire (déjà !) du grand chef d’orchestre milanais Claudio Abbado né le 26 juin 1933, non seulement en publiant un album Decca reprenant les gravures de ses débuts pour la firme britannique (référence 4785365), mais surtout en éditant cet admirable coffret de 41 CDs Deutsche Grammophon intitulé – un peu restrictivement d’ailleurs – « The Symphony Edition », et consacré essentiellement à des symphonies de Beethoven, Brahms, Bruckner, ...
philippe_jordan-362x543e

Requiem de juin à Paris, version I

Enième Requiem de Verdi cette saison. C'est un peu oublier que ce compositeur a écrit bien d'autres choses, dont un ultime chef d'oeuvre, les Quattro Pezzi Sacri, dont on attend toujours l'exécution à Paris en cette année de bicentenaire. Néanmoins devant l'avalanche de propositions de cette messe des morts, il est tentant d'en faire un palmarès. En attendant la version Gatti / ONF le 18 juin prochain, celle entendue ce ...
Vue d'ensemble avec Orlin Anastassov (Alvise Badoero) de dos au premier plan Crédit : Opéra national de Paris/ Andrea Messana

Le sourire de La Gioconda sied à l’Opéra Bastille

Il aura fallu presque un siècle et demi pour que La Gioconda d’Amilcare Ponchielli entre au répertoire de l’Opéra de Paris. C’est assurément une date à marquer d’une pierre blanche. Cependant, l’événement, annoncé en grande pompe, en est-il vraiment un ? Assurément oui, s’il s’agit de présenter au public de la capitale cette oeuvre composite, italianissime par son livret extravagant, sa musique dans laquelle la mélodie prime tout, mais pourtant redevable ...
stockholm gergiev 2

Les 10 ans du festival de la mer baltique

Le festival de la Mer baltique fête ses 10 ans. Lancé par les chefs d’orchestres Valery Gergiev, Esa-Pekka  Salonen et l’intendant Michael Tydén, il met à l’honneur les artistes des rives de la Baltique. Cette édition 2012 se devait de mettre les petits plats dans les grands, mais sans concessions à la facilité et avec une ouverture vers les répertoires contemporains, marque de fabrique de ce festival majeur de la ...
Vladimir Galouzine (Canio), Brigitta Kele (Nedda), Florian Laconi (Beppe) & Sergey Murzaev (Tonio) © Opéra national de Paris / Mirco Magliocca

CavPag, entre fiction et réalité à Bastille

Cavalleria rusticana et I Pagliacci sont deux opéras qui occupent une place à part dans le répertoire italien ne serait-ce que par leur construction dramaturgique basée sur une solution de méta-théâtre (théâtre dans le théâtre). S’appuyant sur cette logique de représentation, la mise en scène a été caractérisée par un élément nouveau et tout à fait atypique : le prologue de Pagliacci infiltré dans le Prélude de Cavalleria a ouvert le ...
forza3_paris

Bilan positif pour La Forza del destino

L'Opéra national de Paris continue son exploration des grosses machines lyriques. Après les monstres véristes que sont Andrea Chénier et Francesca da Rimini, place à un opéra monumental de Verdi. La Forza del destino appartient sans doute au genre d’opéra problématique à mettre en scène. La difficulté d’une telle représentation réside proprement dans la variété des lieux de l’actions, dans la multitude des sentiments à évoquer, dans le changement soudain d’ambiance ...
Macbeth agent immobilier

Macbeth agent immobilier

Ce Macbeth, importé de Novossibirsk, avait été très fortement hué et critiqué lors de sa présentation à Paris. La vision de Dmitri Tcherniakov, loin d’investir l’immense plateau de Bastille, avait de quoi déconcerter. Curieusement, une fois fixé sur vidéo, avec l’aide de l’inusable Andy Sommer, ce drame shakespearien passé à la moulinette romantique gagne en grandeur. Effet des micros ou prise faite en fin de série de représentations, la voix de ...
Gergiev réussit son Parsifal !

Gergiev réussit son Parsifal !

Wagner avec Gergiev ! Sur le papier l’addition des deux noms ne va pas franchement de soi ! Et l’on imagine, de prime abord, une profonde divergence entre le tempérament bouillant du chef et le creusement émotionnel et musical de Wagner et surtout de Parsifal ! Pourtant il faut passer sur les apparences car le chef livre ici l’une des interprétations les plus abouties de la partition et l’un de ses meilleurs disques. Gergiev ...
Réunion de copropriétaires

Macbeth de Tcherniakov : réunion de copropriétaires

Les mises en scène «décapantes», marque de l’ère Mortier de l’ONP, ne sont valables qu’avec un propos dramatique sûr et une exécution musicale irréprochable. Ce soir, pour cette production de Macbeth de Verdi, en provenance directe de l’Opéra de Novossibirsk, nous avons eu droit à une transposition hasardeuse, charcutant allègrement la partition. Macbeth, chez Dmitri Tcherniakov, est un parvenu, un nouveau riche comme la Russie actuelle en compte tant, pantin aux ...
Surtout pour les oreilles…

Une forza del destino surtout pour les oreilles…

Les mélomanes du mai musical florentin de 2007 ont eu bien de la chance. Réunir un aussi beau plateau, par les temps qui courent, tient en effet du prodige, tant les grandes voix verdiennes sont venues à manquer aujourd’hui. Ainsi, Violeta Urmana s’affirme très certainement comme la meilleure titulaire du rôle de Leonora, et on reste médusé devant tant d’opulence vocale. La voix est longue et homogène sur toute la ...
Une Gioconda, technicolor et grand spectacle

Une Gioconda, technicolor et grand spectacle

Teatro Real En ce beau soir de dimanche électoral espagnol, l’élégantissime public madrilène se pressait pour assister à la dernière représentation de la célèbre Gioconda de Ponchielli au Teatro Real. Très rare sur les scènes, la partition exige une équipe vocale de haut vol que la scène de Madrid a globalement réunie. Même si, individuellement, on pointe certaines limites, cette distribution s’avère solide et homogène. Voix imposante parfois un peu encombrée d’un ...
La belle équipe

Pagliacci & Cavalleria Rusticana, la belle équipe

Les esprits grincheux se pinceront le nez, mais les amateurs de vérisme seront à la fête. Certes, tout n’est pas parfait dans ce DVD, mais l’addition de qualités finit par balayer les réserves. Premier atout : une mise en scène cohérente et contrastée. Cohérence d’abord : Giancarlo Del Monaco conçoit les deux opéras comme deux volets d’une même œuvre. Le spectacle commence donc par le prologue de Pagliacci dans lequel Tonio chante en ...
La riche Aïda de grand papa à la Scala !

La riche Aïda de grand papa à la Scala !

Voici un DVD très attendu à plus d’un titre. Il correspond à l’enregistrement de la générale et de la première de la production qui a ouvert la saison 2006-2007 de la Scala de Milan, production que Roberto Alagna quitta à grand fracas au cours de la deuxième représentation. Il est donc impossible de ne pas avoir ceci à l’esprit. Les notes qui accompagnent les deux DVD sont traduites en français, ...
Concert de gala pour le 50e anniversaire de la réouverture du Staatsoper

Concert de gala pour le 50e anniversaire de la réouverture du Staatsoper

Voilà une soirée comme peu de théâtres lyriques du monde peuvent en offrir, en dehors du Met. Le seul descriptif du contenu donne le vertige. Cinq des plus grands chefs du monde se relayaient le 5 novembre dernier pour fêter le 50e anniversaire de la réouverture du Staatsoper viennois. Touché par les bombardements le 12 mars 1945, il fallut dix ans pour qu’il rouvre ses portes le 5 novembre 1955. ...
Don Carlo, antihéros

Don Carlo, antihéros

Don Carlo Ces représentations de Don Carlo de Verdi par l’Opéra néerlandais au Muziektheater d’Amsterdam marquent la fin de la collaboration du chef italien Riccardo Chailly avec l’Orchestre Royal du Concertgebouw dont il était le chef depuis 1988. Dans une mise en scène assez austère de Willy Decker, c’était les débuts dans le rôle-titre du ténor mexicain Rolando Villazón. Quatrième opéra de Giuseppe Verdi d’après Schiller, Don Carlo est le type même ...
Plàcido Domingo - Forge et Destinée

Plácido Domingo – Forge et Destinée

Proclamer haut et fort son admiration pour Plácido Domingo s’avère délicat ; on risque de perdre le sens de la mesure, de s’égarer dans l’hyperbole et l’idolâtrie béate. Force est d’admettre que l’éclectique artiste madrilène aura marqué durablement son temps. Lorsque l’on écoute le présent disque, on a « le coeur qui bat ... qui bat », mais à la différence de la vieille comtesse de la Dame de Pique, on sait pourquoi. ...

Rendez-vous avec la Mort

Riccardo Muti dirige l’Orchestre National de France Maudit soit le prix de Rome ! Le politiquement incorrect Debussy, via son caustique M. Croche, fustigeait avec raison ledit concours, exercice scolastique sésame du séjour obligé Villa Medicis à Rome. « Parmi les institutions dont la France s’honore, en connaissez-vous une qui soit plus ridicule que l’institution du Prix de Rome ? On l’a déjà, je le sais, beaucoup dit, encore plus écrit ; cela sans effet bien ...