- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Récital Wagner – Bryn Terfel face aux géants

Depuis le récital de Dietrich Fischer-Dieskau avec Rafael Kubelik dans les années 60 chez EMI, aucun disque de même calibre ne s’était imposé de la sorte. intègre parfaitement la dimension réelle de ces œuvres.

Comment résister à la tentation de commencer par la dernière plage du CD ?

Les adieux de Wotan comptent parmi les plus grandes pages de toute la littérature lyrique. y affronte une discographie écrasante; de Hans Hotter chez Decca à James Morris pour Levine et Haïtink. Page lyrique, violente et prenante, où le roi des dieux sacrifie sa fille, et maîtresse potentielle, dans une longue convulsion contenue et plaintive. S’il n’est pas possible d’oublier le déchirement d’un Hans Hotter, dieu vieilli et si humain, chacun sera sensible au travail de dont cette incarnation peut annoncer un Wotan au disque (peut-être dirigé par Thielemann).

Terfel nous propose par ailleurs les grands classiques du baryton-basse wagnérien, Holländer (très bonne « die frist ist um ») Sachs (« alles nur wahn » chanté avec beaucoup d’implication philosophique), Amfortas et Wolfram.

Au pupitre de Berlin, signe un des ses derniers disques et semble vouloir un Wagner plus rythmique qu’emphatique (ce qui est un parti pris défendable), désirant rendre une musique précise et claire, à l’image d’un Boulez à Bayreuth. Toujours aussi expressif, le chef italien a remis son Wagner plusieurs fois sur son métier et ne regarde plus aujourd’hui Meistersinger ou Parsifal au travers du philtre déformant de Lohengrin. Faut-il souligner que la philharmonie de Berlin semble avoir retrouvé un panache certain?

Remarquable, parfois surprenant, toujours passionnant.

(Visited 246 times, 1 visits today)