- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Laurent Martin – Œuvres pour piano de George Onslow

Formé par deux grands maîtres du clavier de son époque, Dussek et Cramer, n’a laissé qu’un petit corpus d’œuvres pour piano (une quinzaine de pièces) au sein de son importante production. C’est en effet surtout dans le domaine de la musique de chambre que ce compositeur né en 1784 à Clermont-Ferrand s’est illustré, composant pas moins de 36 quatuors et 34 quintettes à cordes. Considéré par certains comme un « Beethoven français », il juge néanmoins les dernières œuvres du grand Ludwig incompréhensibles.

Et en effet, point de réelles innovations dans cette musique charmante, qui nous plonge tout droit dans l’ambiance des salons cossus de la Restauration. Plus que Beethoven, c’est Mendelssohn que l’écoute de cette musique évoque. Ainsi, l’Introduction, Variations et Finale sur l’Air Aussitôt que la lumière opus 13, qui donne son titre à cet album, emprunte au Maître de Leipzig ces figures brillantes d’arpèges tourbillonnantes si typiques de son style flamboyant. Mais tout cela semble sonner un peu creux, tant on est loin de la richesse du discours et des trouvailles harmoniques du compositeur des Variations sérieuses.

C’est bien sûr dans les pièces de dimensions modestes comme cet Allegro agitato ou le bel Andantino molto cantabile, qu’Onslow captive le plus. Son sens de la mélodie s’y exprime à merveille, et n’est pas sans rappeler certaines atmosphères schubertiennes, voire schumaniennes. A noter la très belle prestation de , qui se tire avec maestria des difficultés de certaines pièces, telle cette toccata au motorisme webernien. Ce grand défenseur de la musique française et des compositeurs méconnus signe là son second disque Onslow chez Ligia (le précédent était consacré à l’œuvre pour piano à 4 mains, avec Thierry Ravassard). Son toucher tout en finesse et sa belle sonorité rendent honneur à cette musique percluse d’influences qui pourrait vite lasser sous des doigts moins experts.

Comme toujours chez Ligia, la prise de son d’Eric Baratin est en tout point remarquable, chose suffisamment rare dans le domaine de l’enregistrement de piano pour être signalée. Au final, voici donc une publication qui si elle ne révèle pas de chefs-d’œuvre, aura au moins le mérite de satisfaire les mélomanes en quête de répertoires rares.

(Visited 424 times, 1 visits today)