ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Karol Szymanowski Stabat Mater

Une mélopée venue de loin, du silence et sans doute du fond des âges déclame sur un lit de cordes les premiers sons du Stabat de Szymanowski après une introduction orchestrale sobre. Le décor est ainsi planté et c’est ainsi que nous assistons à la célébration de la vierge polonaise au travers d’une œuvre dont l’esprit n’est pas étranger au Requiem Allemand de Brahms. A plus d’un titre, les deux compositeurs sont voisins, mais Szymanowski est loin d’avoir l’audience du maître de Hambourg.

Néanmoins ce Stabat est considéré en Pologne comme un pilier de la musique nationale et sa profondeur, son style ample et torturé plaide en sa faveur. Une spiritualité resserrée, austère dans ses premiers mouvements et puis sacrifiant pour finir à la tradition de la plainte slave qui traverse toute la musique des pays de l’Est. Né en 1882 et mort en 1937, Karol Szymanowsky n’a de fait gère été favorisé par la chronologie et la foison de compositeurs contemporains. Son œuvre reste ainsi encore à redécouvrir malgré les mérites maintenant reconnus de ses symphonies. Ce Stabat plusieurs fois enregistré se devrait d’être plus souvent proposé en concert d’autant plus que l’interprétation proposée ici est entourée de toutes les garanties d’authenticité.

Antoni Witt dirige l’ensemble sans panache mais avec style à l’image des enregistrements que nous connaissons de lui en série très économique ou chez Naxos. L’alto de donne au 3ème mouvement une dimension tragique dont le prolongement n’est pas sans rappeler la si célèbre symphonie n°3 de Gorecki. Les Litanies de la Vierge Marie complète naturellement l’ensemble. Il faut y ajouter Demeter, petite pièce lyrique de moins de huit minutes aux accents ravéliens, montrant les facettes multiples de ce compositeur.