ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Magdalena Kožená : Lamento ?

En 1999, une jeune mezzo tchèque, une certaine , sort un premier CD, dédié exclusivement à . Depuis, Kožená est devenue une star. Elle chante sur les plus grandes scènes et dans les salles de concert les plus célèbres du monde où elle se présente dans un répertoire allant du XVIe au XXe siècle. Sur disque, elle nous a offert un beau bouquet de lieder, elle nous a fait découvrir son compatriote Mislivicek (un contemporain de Mozart) et elle s’est mesuré, avec un succès plutôt inégal, au répertoire français du XIXe siècle.

Avec ce nouvel album – publié en 2005, mais enregistré il y a deux ans, en février 2003 – retourne à Bach. Mais il ne s’agit plus uniquement de Johann Sebastian, mais du grand-oncle Johann Christoph, des fils Carl Philipp Emanuel et Johann Christoph Friedrich ainsi que du contemporain Francesco Bartolomeo Conti. Et la chanteuse nous montre que sa voix de mezzo très claire, aux graves peu développées et à l’aigu sûr, mais peu expansif, est toujours le plus à l’aise dans la musique baroque. Là, on peut admirer – sans s’occuper des limites mentionnées – la beauté du timbre, la maîtrise technique de l’instrument et l’articulation précise des textes allemands et latins. Mais surtout, on peut savourer un chant très nuancé et expressif. Pour chaque morceau, Kožená trouve d’innombrables couleurs (n’écoutez rien que la transition de « Bekennen will ich seinen Namen » de J. S. Bach à « Selma » de C. P. E. Bach– on se demande, s’il s’agit vraiment de la même chanteuse, tellement la couleur vocale est différente!!) et démontre ainsi comment le titre du CD est réducteur. En fait, seule la première la pièce est un lamento!

Pour cet album hélas très (trop) court, Magdalena Kožená s’est assurée la collaboration de l’orchestre sous la direction de Reinhard Gœbel, un groupe de spécialistes qui connaissent par cœur cette musique et savent lui rendre justice au même degré que la soliste.