- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Korcia et ses doubles

se fait plaisir une fois de plus, après le fameux « Bartokorcia » de haut vol, nous voici à nouveau avec un répertoire de la veine de l’opus « Danses » qui offre un répertoire hétéroclite bien sympathique.

Il a choisi des partenaires – de toute évidence des proches – qui partagent son envie de musicalité et d’amitié. Ils nous montrent qu’il les aime et c’est un bonheur de savoir qu’ils sont à ses côtés pour nous proposer des versions de titres mythiques comme « Nuage » et « Tears ». En revanche, nous sommes confrontés à une version un petit peu trop « charentaise » face à l’irremplaçable Stéphane Grappelli et différents violonistes de Jazz comme Didier Lockwood ou encore Pierre Blanchard.

serait-il déjà digéré par les incontournables du « star système » ? Après la réédition de la musique de film Les Valseuses dans « Danses », nous voilà dans ce disque confrontés aux Parapluies de Cherbourg. Heureusement que certaines plages nous rassurent sur sa personnalité avec les pièces si difficiles qu’il sait mettre en avant comme la superbe étude-caprice n°1 op. 18 de Wieniawski …ou encore les Duos pour deux violons n° 35, 18, 28, 44 de Béla Bartok. A ses côtés, Nemanja Radulovic lui donne une réplique de toute beauté, cette complicité nous fait perdre la tête à tel point que nous ne savons plus qui est qui ! apporte un rythme chaloupé qui manquerait à ce disque sans sa présence.

Il est vrai que la presse people donne la parole aux grands interprètes pour soi-disant sentir ce qu’ils vivent au plus prêt de leur quotidien … Est-ce bien nécessaire ? Un disque pour les fans puisque nous ne sommes plus dans le domaine des aficionados d’un disque rare.

Laurent Korcia aime à vouloir plaire au plus grand nombre, c’est peut-être là une façon de rallier l’auditeur lambda à la musique dite classique. Nous espérons ne jamais le voir et l’entendre dans une série de télévision pour faire l’arlequin, comme certains de ses pairs du monde du classique, qui à vouloir trop briller se sont brûlés les ailes, et qu’il nous offrira bientôt de grands concertos.

(Visited 144 times, 1 visits today)