ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Pascal Rogé fait de Mozart un poète

« Enregistrer la musique que j’aime avec les gens que j’aime », tel a toujours été le vœu de , un rêve qu’il concrétise aujourd’hui grâce au label ONYX et Rogé Edition. Celui qui aime à se faire passer pour l’ambassadeur de la musique française fait un détour en cette fin d’année 2006 avec une contribution tardive à Mozart. Mais en réalité ce disque est l’accomplissement de son rêve de jeunesse : enregistrer avec , le chef qu’il admirait tant pour son interprétation de la musique baroque avec le English Chamber Orchestra. Il est ici le premier « chef invité » à collaborer à Rogé Edition.

Les deux concertos pour piano de Mozart choisis pour ce disque sont deux chef-d’œuvres qui correspondent à deux stades différents de la maturité du Génie salzbourgeois : le Concerto n°9 en mi bémol majeur K271 surnommé « Jeunehomme », rempli de fraîcheur juvénile malgré un mouvement lent d’un pathétisme étonnant, et le magistral Concerto n°25 en do majeur K503, sans doute le plus symphonique de tous les concertos de Mozart.

Avec son toucher tout en délicatesse, fait ressortir de la musique de Mozart toute sa quintessence spirituelle et poétique. On a l’impression que le piano c’est Mozart lui-même, son âme, sa poésie intérieure. Même aux moments les plus sereins et les plus insoucieux, le piano de semble révéler une sorte de fragilité masquée, un doute. Le mouvement lent du Concerto n°9, une des pages les plus poignantes de Mozart, est ici absolument renversant.

et l’Orchestre Symphonique d’Indianapolis soutiennent bien le pianiste français, même si on peut reprocher aux cordes quelques soucis de justesse. Aussi, les petits bruits de souffle et de marmonnements sont-ils un peu gênants, à croire qu’un certain célèbre pianiste canadien se soit invité à l’enregistrement… !

Un beau disque malgré tout, difficile à hiérarchiser tant la discographie Mozart est féconde, mais des concertos singularisés par la personnalité de leurs interprètes, avec un Pascal Rogé éblouissant de finesse et de pureté.