- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Yundi Li : Tambour battant

est avec Lang Lang la nouvelle coqueluche chinoise de l’écurie Deutsche Grammophon. C’est toujours avec circonspection que le chroniqueur reçoit les disques de ces jeunes virtuoses au pedigree imposant ( est premier lauréat du concours Chopin cru 2000) vendus comme des paquets de lessive : tubes du répertoire, pochettes esthétiques, livret de présentation aussi creux que dithyrambique sur le talent du jeune homme, sans oublier les photos dans des tenues vestimentaires hautement à la mode ! Pourtant, différents disques en solo témoignent déjà de l’incontestable talent de Yundi Li (un superbe CD Liszt entre autres). Le présent album lui fait passer un cran car il se confronte, pour la première fois au disque, à deux concertos du répertoire.

En dépit de la prise de son curieusement faussement spectaculaire, qui manque de réalisme et de clarté, le pianiste livre une prestation des plus intéressantes. Pas de métaphysique, de drame ou de noirs fantômes dans son jeu, mais simplement une joie de jouer et de vivre de tous les instants. Le Concerto n°1 de Liszt est emporté par un enthousiasme débridé qui s’appuie sur une technique stupéfiante et une vélocité hors pair. Souvent peu inspiré dans ses témoignages discographiques, l’expérimenté Sir lui tisse un accompagnement volontaire et brut de fonderie qui flirte avec le mauvais goût mais qui s’accorde bien à l’esthétique défendue par le soliste.

Les choses restent sérieuses avec un Concerto n°1 de Chopin qui séduit dès les premières notes par le sérieux accordé à l’accompagnement orchestral vif, dense et tendu à souhaits. Tout aussi véloce, s’avère également virtuose, gratifiant l’auditeur du plus subtil des touchers tout en gardant le sens de l’architecture et des contrastes. On relève pourtant ça et là quelques baisses de régime qui font tourner un peu mécaniquement ce bel ensemble.

En dépit de cette réserve et d’une somme incommensurable de références dans ces deux partitions, on réservera toujours une oreille charmée et attentive à ce disque qui possède l’essentiel dans ce monde classique souvent édulcoré et formaté à l’excès : de la personnalité !

(Visited 75 times, 1 visits today)