- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Bach – Goldberg – Gould : version(s) de 2007

Voici donc la version 2007 des Variations Goldberg de Bach par . Il ne s’agit ni de la simple ressortie de la première version de cette œuvre (1955) ni d’un nouvel enregistrement du célèbre pianiste canadien, au comportement légèrement autistique, bien évidemment impossible à réaliser, ce dernier étant disparu il y a maintenant vingt-cinq ans, mais d’un astucieux mélange des deux.

Ceux qui connaissent la version de 1955, en vinyle puis en CD, se souviennent des limites des prises de son d’il y a cinquante ans. Car si le « nettoyage » des anciennes gravures est désormais assez au point, il a pourtant ses limites, se contentant en général pour toute amélioration de gommer du son plutôt que d’en ajouter. Les Américains des Studios Zenph (du mot allemand « Senf » signifiant « moutarde ») ont procédé d’une manière originale. Ils ont utilisé des ordinateurs pour transformer en fichiers MIDI de haute qualité la version de 1955. Que fait un fichier MIDI ? Il ne définit que des « ordres » de jeu : jouer un sol pendant tant de temps, avec telle attaque et telle terminaison de son, … Réaliser un tel fichier à partir d’un enregistrement audio est désormais chose très courante et facile à faire, surtout quand il s’agit d’une musique pour piano (le son de piano est désormais très bien synthétisé). Mais nous sommes loin d’une musique uniquement « informatique » car une interprétation musicale se définit d’abord non pas par la perfection des notes jouées, mais par la manière – forcément irrégulière, imprévisible, donc « humaine » – dont elles le sont. Les fichiers MIDI sont ensuite dirigés vers un véritable piano à queue capable de les lire et de les jouer et le tout est enregistré avec les techniques modernes. Franchement, le résultat est surprenant : cela ne sonne pas « froid » ni « plat », toutes les inflexions de jeu de se retrouvent ; c’est du mais ce n’est pas lui qui joue. Vous suivez ? Sur le CD se trouve également une autre version des Goldberg enregistrée d’une façon similaire mais prévue pour être écoutée à travers un casque (The Ultimate Headphone Experience) au travers d’un mixage différent.

Que penser d’un tel traitement ? C’est un peu l’équivalent moderne des rouleaux perforés du début du XXe siècle : c’est donc intéressant mais ne venant qu’en complément des enregistrements originaux et ça ne les remplace pas. Imaginez que le Clavier bien tempéré subisse le même traitement : on n’entendrait plus le chantonnement bourdonnant du pianiste et cela manquerait énormément à l’écoute !

(Visited 455 times, 1 visits today)