- ResMusica - https://www.resmusica.com -

The Elfin Knight : la magie des landes fait palpiter les grands espaces

Une Amérique qui se découvre ici par le biais des ballades inscrites dans la mémoire des émigrants, ses racines musicales et poétiques. Une musique qui remonte aux plus anciennes traditions anglo-saxonnes et celtes, inscrites dans des recueils dont certains sont anonymes, que l’on trouve des deux côtés de l’Atlantique, et (ré)interprétées par Jœl Frederiksen et son ensemble Phœnix Munich.

Le titre de ce CD, The Elfin Knight (Le chevalier des Elfes) nous annonce le programme. nous conte des histoires magiques, tristes, drolatiques, mythiques. Certaines de ces chansons relèvent de l’onirisme pur, alors que d’autres sont plus crues ou ironiques. Il nous dit avoir voulu, à travers ces textes, nous attacher par « un contenu émotionnel fort » à de « petits microcosmes de vie ». Et disons-le tout de suite, c’est une réussite.

Nostalgie d’un monde perdu, veillées entre ami(e)s, l’ambiance que l’ensemble Phœnix Munich recrée ici, est évocatrice de ces soirées où l’on s’éclairait aux flambeaux, où l’été, les pas de danses rythmaient les relations amoureuses sur la place du village et où la verve populaire savait rendre drôles les situations les plus dramatiques.

Au rythme de ces ballades, nous nous laissons envoûter par la belle voix de basse de Jœl Fredericksen. Son timbre, sa souplesse nous permettent de percevoir les émotions humaines les plus simples, celles qui font nos vies. Se déroulant dans la joie comme un fil, la plume qui écrit ces histoires, ressemble à la surprenante capacité de Timothy Leigh Evans à donner à sa voix la truculence du chant cruel de Lord Darly : ténor, mais loin d’un bel canto trop lisse. La voix du contre-ténor Sven Schwannberger possède elle, toutes les nuances drolatiques de sa tessiture. Quant au continuo, dans l’ensemble des airs, il construit une architecture d’une grande délicatesse. Les transitions, d’un air à l’autre, nous enchaînent à cet enregistrement fascinant. Une musique des « consorts » dont l’achèvement est le folksong. N’hésitez pas, la lumière qui émane de ce disque vous enchantera. Elfes et chevaliers vous inviteront à entrer dans une danse rustique et féerique.

(Visited 107 times, 1 visits today)