ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Le Boléro pour les enfants

Orchestre du Capitole de Toulouse

Ce concert du dimanche matin pour la jeunesse a eu tant de succès qu’il a été donné deux fois, à 10h45 et à 15h tout en étant affiché complet. Qui dira que la musique classique n’a pas de succès auprès des enfants ? En tout cas pas à Toulouse et pas quand il s’agit du très médiatique . Cette présentation de la composition classique la plus célèbre du XXe siècle est tout simplement digne de cette œuvre géniale.

Tous les instruments sont présentés comme des amis. Les explications de sont toujours simples et lumineuses. Aucune approximation, jamais. Par contre des termes choisis avec art pour faire mouche à chaque fois et toujours dans un langage honnête. Les enfants sont respectés et du coup attentifs et conquis. Voici une leçon de pédagogie car des notions fort complexes sont abordées sans complexes !! Ce que sont des thèmes musicaux A et B, ce qu’est un rythme, ce que représente la notion de nuances, de couleurs, de famille d’instruments, ce que représente la science de l’orchestration, ce qu’est une modulation, un caractère folklorique… Le tout avec vivacité, citations historiques à propos des compositeurs ou des instruments. Capable de donner des exemples au piano comme de tenir humblement la partie de célesta dans l’orchestre, le talent de musicien de Zygel n’est pas à mettre doute.

L’ dirigé par Christophe Mangou a fort aimablement joué des extraits du Boléro ou des arrangements éclairants. Mais bien évidemment le concert s’est terminé en forme d’apothéose (avec des pancartes pense-bête de Zygel). Cette interprétation du Boléro a été limpide comme jamais, chaque instrumentiste donnant le meilleur de lui-même car conscient qu’après de telles explications brillantes la conquête du public était une affaire de vie ou de mort pour l’avenir. Les applaudissements nourris et les cris de joie des jeunes spectateurs ont convaincu les artistes du plein succès de leur mission.

Crédit photographique : Denis Rouvre/ Naïve