- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Concerto de Mozart exceptionnel par Staffan Mårtensson

Avait-on besoin d’une version de plus du Concerto pour clarinette de Mozart ? Non bien sur les références abondent. Est-ce une raison pour ne plus en proposer de nouvelles versions ? Non plus. Celle de ne vient pas alourdir inutilement un catalogue fort rempli. Nous retrouvons dans son jeu les qualités propres à son précédent enregistrement : homogénéité des registres, rondeur et plénitude du son, netteté de l’articulation, qualités qu’il partage avec l’Orchestre de l’Opéra Royal de Suède dirigé depuis le premier violon . Comme il en est de plus en plus l’usage, ce concerto est joué avec une clarinette de basset, sorte d’instrument à mi chemin entre le cor de basset et la clarinette habituelle, instrument original pour lequel Mozart a composé son œuvre.

Aussi bien joué qu’il puisse être, cette nouvelle version du Concerto pour clarinette de Mozart ne peut sortir du lot que par les œuvres qui vont compléter l’album. Paul Meyer (Denon, avec l’English chamber Orchestra) avait choisi Copland – comme – et le rare Concertino de Ferruccio Busoni. Mårtensson a pris le Concerto de son compatriote , curieux personnage compositeur, peintre et poète, certes suédois mais né en Chine. Nous ne pouvons une fois de plus que rester circonspect devant cette esthétique qui regarde désespérément en arrière, appendice attardé du post-romantisme. Le Concerto de Copland qui ferme l’album ne présente rien d’exceptionnel non plus : si techniquement on frôle la perfection, l’interprétation reste extrêmement rigide, à la clarinette comme à l’orchestre. Tout cela manque de swing et ne danse guère.

Un Concerto de Mozart exceptionnel, mais qui va rester noyé dans un catalogue abondant, en raison d’un complément de programme de moindre intérêt.

(Visited 90 times, 1 visits today)