- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Un retour de l’orgue à ses plus profondes origines avec Marcel Pérès

Composée en 1978, cette œuvre aura curieusement attendu trente années avant d’être livrée au public. , très connu dans le monde de la musique vocale pour ses recherches sur les chants des premiers siècles, grâce à son ensemble Organum, nous propose ici sa propre musique, inspirée de l’Egypte ancienne. Cet artiste possède des talents cachés, en particulier d’être un organiste hors pair, ancien élève de Xavier Darasse à Toulouse. Nous avions pu l’entendre dans des programmes de musiques mozarabes ou corses, flirtant librement avec quelques géniales improvisations. Présentement, est allé chercher son inspiration dans le livre des morts des anciens Egyptiens, magnifique texte écrit il y a 4000 ans, et destiné à accompagner le défunt dans les transformations de la conscience s’opérant après la mort physique. Il s’agit bien là d’un itinéraire intérieur, tissé par l’auteur, dans un langage extatique, où la liberté reste la règle. Musique à la frontière de l’écrit et de l’improvisé, où l’espace temps s’étire à l’infini, créant des climats où s’aventure la conscience. Le geste est large, ponctué ici ou là de quelques rythmes, symboles d’une vie toujours présente dans l’au-delà. Ce discours peut nous rapprocher de Messiaen, tant par la pâte sonore que par une harmonie complètement débarrassée des acquis successifs, notamment du XIXe siècle. Retour aux sources de cet instrument orgue, natif d’Alexandrie vers 300 ans avant Jésus-Christ, idéal vecteur pour ce chant intérieur.

Bien sûr, la lecture du texte de ce livre des morts nous aide à mieux comprendre la démarche du compositeur, mais la musique déjà, se suffit à elle-même : nous sommes séduits, conduits, initiés à ce parcours insolite : tout se passe sur des registrations en général très douces, de flûtes ou jeux de solo discrets. L’orgue de Lausanne, par sa voix large et posée, contribue magnifiquement à la réussite de cet album, La prise de son donnant une large place à la réverbération naturelle.

Une musique inouïe, rare, et tout simplement belle de simplicité, qui sait nous parler au cœur.

(Visited 182 times, 1 visits today)