- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Patrick Cohën-Akenine & Béatrice Martin : Bach en couleur

Les «Mardis baroques» réservent toujours de bonnes surprises. Après un premier volume paru dernièrement, Patrick Cohën-Akenine et , chevilles ouvrières de l’ensemble Les Folies françoises, poursuivent cette intégrale des Sonates pour violon et clavecin obligés. On constate à l’écoute de ces œuvres la disparition progressive de la basse continue, du rôle d’accompagnateur du clavier qui s’émancipe peu à peu jusqu’à devenir prépondérant dans l’ultime opus (BWV 1019 en sol majeur).

Les références ne manquent pas, tant au concert qu’au disque (celui de Patrick Cohen-Akenine et devrait paraître en janvier prochain). Ce concert laisse pourtant augurer d’une future parution discographique de qualité. Le violon de Patrick Cohen-Akenine se fait toujours chantant, les sonorités restent douces, rien n’écorche l’oreille, aucune tension inutile ne vient polluer le discours. La petite taille de la Péniche-opéra convient à merveille non seulement à ce répertoire mais à cette vision intimiste de ces sonates. donne à son clavecin un son imposant, presque massif, qui s’impose naturellement dans ces œuvres ou le clavier gagne graduellement en importance. La complicité des deux instrumentistes est évidente. Tout cela chante avec aisance et naturel, aucune agressivité n’est de mise. Le tempérament spécifique, mis au point par le claveciniste Bruno Procopio, permet de gagner en couleurs supplémentaires qu’une interprétation sur un clavier «en noir et blanc» nous aurait privées. En complément, les deux extraits du premier livre du Clavier bien tempéré nous confirment les qualités de Béatrice Martin, loin des visions quasi-motoristes régulièrement assénées de ces œuvres.

Crédit photographique : Béatrice Martin © Bruno Le Hir de Fallois

(Visited 763 times, 3 visits today)