ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Alberto Iglesias fait la révolution

Che, le nouveau film «fleuve» du réalisateur prodige Steven Soderbergh (Traffic, Solaris) a été dévoilé cette année dans son intégralité lors du festival de Cannes. Compte tenu de sa durée (plus de quatre heures), cette fresque politique consacrée au célèbre révolutionnaire cubain est présenté au public français en deux parties : L’Argentin (sortie 7 janvier 2009) et Guerilla (sortie 28 novembre 2009). Le film retrace la vie d’Ernesto Che Guevara (incarné à l’écran par Benicio Del Toro, prix d’interprétation masculine) de 1952 à son exécution en 1967.

C’est , collaborateur de Pedro Almodovar (Tout sur ma Mère, Parle avec Elle, etc…), qui illustre le diptyque de Soderbergh. Le compositeur espagnol propose ici une partition bien plus intimiste et expérimentale qu’à son habitude. Impressionniste, sensible, minimaliste et contemplative – malgré quelques respirations rythmiques de temps à autre – cette musique résonne souvent comme la voix intérieure de son personnage principal.

Les trouvailles ne manquent pas. Textures tour à tour éthérées et grondantes, évoquant la musique spectacle, des instruments plus ou moins hispanisants utilisés avec parcimonie et bon goût (marimba, guitare, piano, flûte etc…), des sonorités inhabituelles qui colorent superbement l’orchestration (pédales à base de ce qui semble être une clarinette basse, clusters et tuilages agités à la Ligeti et Penderecki, sonorités ethniques produites par des instruments classiques, etc…)… L’écriture est toujours raffinée, notamment celle pour instruments à cordes (des soli lancinants à fleurs de peau par un trio et un thème mélancolique en accord parallèles dans La Huigera).

nous offre avec Che une musique résolument contemporaine, globalement atonale, athématique et hallucinée…. Soderbergh a assurément du goût : la partition mémorable de Cliff Martinez pour Solaris était tout aussi intéressante. Le compositeur espagnol, qu’on n’attendait pas tellement dans ce registre, nous prouve qu’il est possible encore de faire preuve de créativité dans la musique de film. Une franche réussite!