ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Des partitions à dérouler les mécaniques

D’un côté, le Trio di clarone où l’association musicale entre , son frère Wolfgang et son mari Reiner, qui a exploré les liens entre Mozart et le jazz (en plus rondelet qu’, mais en moins gentil que ) et qui a enregistré, en 2000, le disque «Bach in 1 Hour» avec Michael Riessler. De l’autre, le virtuose que certains connaissent pour ses enregistrements des œuvres pour instruments mécaniques de Haendel, Haydn et Mozart – que d’autres connaissent plutôt pour les compositions et arrangements que Ligeti, Berio ou Xenakis ont pu écrire pour l’orgue de barbarie – à son intention. Cela étant, a aussi collaboré avec des musiciens de jazz tels que Martial Solal, et Michael Riessler. Alors, on peut supposer que c’est ce dernier (Michael Riessler est clarinettiste et compositeur) qui a fait le lien entre le Trio di clarone et .

La rencontre est passionnante et, notamment, configure un répertoire d’une étendue remarquable (sûrement démultipliable encore, que n’y manque-t-il Danny Elfman !). Une ligne est affirmée entre les français tels que Satie, Milhaud, Poulenc, Pierné et des américains comme , Scott Joplin et même Ennio Morricone. Mais composée sans les afféteries académiques d’usage, l’affiche est tellement sympathique, chaque pièce y trouve une ambiance joyeusement sans importance et indépendante du déroulement des unes après les autres. Comme pour intensifier la particularité de chacune des plages, la variété des ambiances musicales est relayée par une évolution des registrations de l’orgue de Pierre Charial qui donnent aux clarinettes des teintes chaque fois nouvelles, des phrasés liquoreusement encanaillés de leurs caractéristiques. Et les pièces de Michael Riessler, I Venti en particulier (plage 12), jouent justement sur ces ruptures de registre, avec toutefois un peu plus de rigueur que de malice. Si bien que la version clarinette et orgue de barbarie de Scaramouche de Milhaud ou de The Typewriter d’Anderson prennent des aspects anthologiques là où Le vilain petit canard de Daniel Goyone ou À l’aube du cinquième jour d’Ennio Morricone peuvent passer pour des standards à donner aux amateurs de chipmusic un sentiment historique d’un nouvel ordre.