ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Bach musicien serein et hédoniste dans ces cantates ?

Le génie de Bach est si colossal qu’aucune interprétation de ces cantates ne pourra jamais mettre en lumière toutes ses facettes. Par contre aucune version respectant le texte ne pourra vraiment décevoir tant l’inspiration est haute. L’écoute de ce CD très agréable, au demeurant, oscille constamment entre ces deux idées. La musique de Bach se déploie ici avec élégance, avance toujours avec beaucoup de souplesse. Jamais rien ne pèse, rien ne ralenti le discours, mais aucune fulgurance non plus ne vient élever l’âme. Les passages lent-rapide si caractéristiques de cette première période de Bach héritée de ses prédécesseurs sont particulièrement réussis. Ceci est en partie dû au choix du petit effectif qui rapproche ce choix interprétatif, avec un chanteur par partie, y compris dans les chœurs, à de la musique de chambre intime. La précision règne partout et nous permet de déguster la finesse de composition de Bach mais les nuances sont de faible amplitude et certains moments manquent véritablement, non seulement d’ampleur mais de ferveur.

En somme, c’est la musique qui gagne partout, une musique comme épurée et qui se refuse à toucher au-delà d’une certaine bienséance. La mort n’est jamais tragique donc la résurrection n’est pas éclatante, la ferveur est confiante et non implorante. L’orchestre est de petite taille et les chanteurs, un seul par pupitre, sont tous d’excellents solistes. Leurs airs sont souvent magiques. Ils relèvent le défi de la projection vocale dans les chœurs mais ne peuvent jamais aller au delà des moyens de solistes. L’alternance si fondamentale entre partie solistes et chœurs, ne peut donc pas fonctionner. Ce sont les moments fugués qui gagnent le plus dans la lumière de cette précision, et les chorals qui perdent le plus.

L’orchestre arrive à apporter une grande variété de couleur malgré sa modestie, même si le clavecin est un peu envahissant. Un parti pris interprétatif qui offre élégance, légèreté et souplesse à des cantates musicalement superbes, très souvent enregistrées par ailleurs. Leur dimension spirituelle est comme absente et le message hédoniste et festif gomme le recueillement et l’angoisse propre à certains moments.