- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Le top 100 du classique : A ceux qui croient tout savoir…

La lecture du titre choisi par Frédéric Platzer pour son livre, «Le top 100 du classique», excite aussitôt la curiosité du rédacteur, taquin et impertinent… L’intitulé de l’ouvrage fait en effet penser à ces compilations de chanteuses mortes, que nous proposent bien des Majors comme seules nouveautés : «Les introuvables de Maria Truc», «100 succès inoubliables de Mado Machin». Mais comme le chantait avec talent Tim Curry, dans le Rocky Horror Picture Show : «Don’t judge a book by its cover !».

Ouvrage de semi-vulgarisation (car il requiert quelques notions de solfège), «Le top 100 du classique» est un petit livre très bien conçu, efficace et informatif. Partant du constat que la publicité, le cinéma et les médias se sont emparé de «tubes» de la musique classique, l’auteur nous propose une approche originale de cent morceaux que chacun d’entre nous peut avoir en tête, sans pouvoir en dire plus à propos dudit morceau. Exemple : que savez-vous de l’Adagio d’Albinoni (inusable «scie» abondamment utilisée dans les compilations susnommées) ? Sans doute peu de choses…

Afin de pallier nos lacunes, Frédéric Platzer utilise pour chaque œuvre le même procédé : une double page lui est consacrée, fournissant de manière fixe, (sous forme de tableau), des informations historiques, musicales ou anecdotiques ainsi qu’un détail du plan du morceau.

Sur la page de gauche : quelques points sur le contexte historico-musical, trois mots à propos du compositeur, les éléments clés de l’œuvre et des informations «à savoir» pour replacer le morceau dans son époque. Sur la page de droite, on trouve les caractéristiques techniques (tempo, mesure, style, instrumentarium…), le plan avec quelques extraits de lignes musicales et enfin un recadrage, baptisé «en plus», qui fait le lien entre la partition et les pubs, films ou autres… qui ont utilisé le morceau.

Revenons à Albinoni : saviez-vous qu’il écrivit plus de cinquante opéras, que son Adagio fut «reconstruit» par un musicologue italien en 1958… à partir d’un fragment de partition soi-disant retrouvé dans les ruines de la bibliothèque de Dresde, et que Lara Fabian en a utilisé le thème pour sa chanson… Adagio, en 1999 ?

Un livre documenté, original par sa forme, non dénué d’humour et truffé d’informations utiles et passionnantes ! Dans la même veine que le Guide de la musique de (Larousse).

(Visited 139 times, 1 visits today)