- ResMusica - https://www.resmusica.com -

La botte secrète du diplomate

Pour le dernier concert de la saison toulousaine des Passions, Jean Marc Andrieu a joué la carte du secret. En cherchant des œuvres rarissimes dont certaines ont été ressuscitées pour nous ce soir, il nous offre avec ses musiciens un bien joyeux concert. Le duc d’Aiguillon a subi une disgrâce qui l’a privé du maroquin des affaires étrangères lors du règne de Louis XVI. En rentrant dans ses terres il a pris son meilleur conseiller et la boite secrète qui lui a permis de mener à bien tant d’ambassades : les partitions d’une musique soigneusement écrite, légère, pleine de grâce et d’esprit. Un petit effectif de cordes soutenu par la basse continue, des instrumentistes superbes et le tour est joué pour recréer l’ambiance heureuse d’un monde d’harmonie. Si le Duc d’Aiguillon régalait ses invités de tels concerts, il n’est pas étonnant que sa diplomatie ait été si féconde. Les partitions sont variées et parfois à l’orthographe très approximative mais musicalement le résultat est confondant d’élégance. Un style tour à tour galant français, orné et plein d’énergie italianisante et pour finir très rigoureux et riche en harmoniques pour le style allemand, recrée en somme une petite Europe musicale.

Les musiciens réunis par sont des amis complices plein d’humour, d’élégance et de vivacité. La basse continue est vivifiante et les violons brodent et virevoltent avec art. est la vedette du soir avec pourtant beaucoup de modestie. Son jeu est plein de finesse, la sonorité est pure et aérienne. La virtuosité semble pour un tel artiste une formalité tant son aisance est extrême. termine avec panache sa saison toulousaine et promet ainsi une bien belle saison prochaine toujours riche en découvertes dont il est si friand. Le public heureux a quitté la chapelle Sainte-Anne allégé des soucis du quotidien après des applaudissements chaleureux.

Crédit photographique : © Jean-Jacques Ader

(Visited 85 times, 1 visits today)