ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

André Previn, compositeur et chef, jazzman et gentleman

Certaines personnalités font tellement partie du paysage musical que l’on oublie de leur présenter nos vœux d’anniversaire. C’est le cas d’, compositeur, jazzman de standing, pianiste et chef d’orchestre qui fête cette année ses 80 printemps. Né à Berlin mais installé aux Etats Unis depuis 1938, le musicien est une personnalité hors normes : compositeur de plus de 50 musiques de films et comédies musicales, il est « oscarisé » à quatre reprises ; jazzman, il forme le Trio avec Red Mitchell à la contrebasse et Frank Capp à la batterie ; chef d’orchestre, il occupe des postes à Houston, Londres, Pittsburgh, Los Angeles, Oslo…

est un artiste qui a beaucoup enregistré pour RCA : intégrales des symphonies et concertos pour piano de Beethoven, (avec Emmanuel Ax), des symphonies de Vaughan-Williams et des pièces éparses de Walton, Rimski-Korsakov, Tchaïkovski… Sans oublier tous ses accompagnements au piano d’instrumentistes et ses participations à des pièces de musique de chambre. RCA avait de quoi faire un gros coffret mais les décideurs de la firme on préféré éditer un seul disque !

Le chef fait gronder le LSO dans la dynamique ouverture The Wasps de Vaughan Williams, compositeur pour lequel il aura beaucoup œuvré, laissant des témoignages incontournables. Pépite de collectionneur ensuite, avec la première édition en CD du Concerto pour guitare et orchestre de Previn avec en soliste. Composée en 1971, alors que Previn vient de prendre les rennes de l’Orchestre Symphonique de Londres, cette partition s’écoute avec plaisir dans une optique cinématographique. La contribution à « l’esprit 1970 » réside en une section qui voit la partie d’orchestre interrompue par un trio composé d’une guitare électrique, d’une basse et d’une batterie.

Brève transition avant de passer aux extraits de jazz : le thème des Quatre cavaliers de l’apocalypse (film de Vincente Minnelli – 1962) montre Previn comme un grand compositeur de musiques de films, à l’orchestration chatoyante et aux mélodies suggestives. Il est certainement, avec Leonard Bernstein, le seul artiste à passer, avec une agilité déconcertante, du classique au jazz. L’auditeur en a encore la preuve par une sélection de grands standards et quelques compositions originales. Previn et ses acolytes offrent un jazz élégant et de bon goût, de haut niveau technique et musical.

Ce disque est un sympathique hommage pour un musicien dont on ne se lasse pas. On attend quand même un coffret conséquent avec une sélection des meilleurs enregistrements du musicien pour RCA…

</strong>, <strong>