- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Quatuor Mandelring : Chosta light

Nous n’avons reçu que le quatrième volume de l’intégrale en cours des quatuors de Dimitri Chostakovitch par le , qui en comprendra cinq en tout, mais cela est suffisant pour mesurer l’apport de cette intégrale à la discographie.

Première constatation, les qualités relevées dans leur intégrale des quatuors de Schubert (Audite) se retrouvent ici, à savoir un style qui se caractérise davantage par la clarté de l’articulation, la ligne mélodique que la densité et l’intensité de l’expression. Seconde constatation, les Mandelring ne bénéficient pas de l’avantage culturel de jouer « dans leur arbre généalogique » alors que la concurrence discographique de Chostakovitch y est beaucoup plus rude que dans Schubert. La discographie est en effet dominée par les grands quatuors russes historiques Beethoven et Borodine, avec la relève moderne assurée par le Quatuor Danel, qui travailla assidûment ces quatuors auprès justement des Borodine et de Fiodor Droujinine, l’altiste des Beethoven.

Sans être superficiels, les Mandelring se situent dans le style international, plus léger et chantant, moins chargé en affects, dont le Quatuor Fitzwilliam (Decca) avait été le premier représentant et qui touche jusqu’au Quatuor Borodine dans la formation actuelle entendue à Paris en 2008. Les mélomanes qu’effraient les abîmes psychologiques ouverts par les Borodine (Melodiya) et les Danel (Fuga Libera) pourront s’intéresser aux Manderling.

(Visited 103 times, 1 visits today)