- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Quatre musiciens pour revisiter les sonates en trio de Bach

Une nouvelle fois, l’art de la transcription chez fait merveille, avec ici une lecture à la fois originale mais logique. Les fameuses sonates en trio écrites par Bach sans doute pour un clavecin avec pédalier pour son fils aîné, sont traditionnellement jouées à l’orgue, mais peuvent comme ici, se transposer vers d’autres instruments. C’est Bach lui même qui le montre, avec comme exemple les sonates pour violon et continuo, ou pour viole de gambe, déjà écrites en trio. Les frères Kuijken en concert, ont souvent joué ces pièces d’orgue, et les organistes, malgré la grande difficulté d’exécution de ces œuvres, rêvent d’une basse réalisée avec des accords, en véritable continuo. Une troisième main sur un clavier secondaire pourrait le permettre, et l’expérience a déjà été tentée avec bonheur. Ici, c’est le luth de qui joue ce rôle de savant remplissage harmonique, tandis que le clavecin très nourri de vient dialoguer à parts égales avec la viole de gambe de . Mariage des timbres, avec le clavecin historique Rückers du musée de Colmar, et la tessiture souvent sollicitée dans l’aigu de la viole. Nous sommes comblés et bien sortis de l’église, plongés aussitôt dans la musique de chambre. Le pari est tenu : chaque voix est parfaitement définie, le passage de l’écriture totale pour le clavier vers l’archet rend le discours plus souple encore, c’est une véritable fête pour l’oreille. La viole se risque par moments dans la tessiture de l’alto, mais se joue des difficultés pourtant encore bien réelles même à une seule voix.

Qui pourrait dire alors, si la version initiale ne nous était déjà familière, que la présente n’est pas l’originale ? C’est le mystère et le génie de la musique de Bach. Impression de la première écoute, de la découverte à laquelle nous vous engageons vivement : vous ne serez pas déçus de l’expérience.

(Visited 183 times, 1 visits today)