- ResMusica - https://www.resmusica.com -

L’oeuvre d’orgue de Jean-Louis Florentz, hommage à une étoile filante de la musique

Cinq ans après la disparition prématurée de , cet ouvrage remarquable vient nous rappeler qui fut cet artiste d’exception, sous la plume de Marie-Louise Langlais, organiste elle-même, donc très bien placée pour parler de l’œuvre d’orgue de ce compositeur.

Déjà la présentation de l’ouvrage est attrayante par son format, et par le fait qu’il contient deux disques de quatre œuvres majeures pour orgue de l’artiste. a été un compositeur atypique, et pourtant inspiré par divers maîtres dont son propre professeur : Olivier Messiaen (sa musique en retrouve plus d’un accent !). L’ouvrage fait appel à des témoignages croisés de diverses personnalités, rassemblés en chapitres qui référent aux différentes pièces pour orgue. De nombreuses photos sont un contrepoint précieux à cette somme.

À la lecture de cet ouvrage et des nombreux témoignages qu’il contient, il est étonnant de comprendre combien ce musicien était aimé et reconnu unanimement des ses collègues, souvent parmi les plus grands : Jean Guillou, Olivier Messiaen, Olivier Latry et tant d’autres.

Les disques inclus nous font entendre une musique originale, inouïe, utilisant l’orgue pour ses timbres, ses climats, mais sans abuser du «tutti», procédé toujours un peu facile. Tout se joue en subtilités, mélodies et rythmes, puisés dans cette Afrique qu’il aimait tant et qu’il a tant fréquentée. Messiaen avait choisi l’Inde, et les oiseaux. Ces derniers se retrouvent aussi chez Florentz, souvent sous des tapis sonores planants, tel du Tournemire.

Le spécialiste appréciera l’étude approfondie des œuvres d’orgue contenue dans l’ouvrage, l’amateur éclairé appréhendera la personnalité de cet homme, pétri de mystique, puisant dans la tradition de l’école d’orgue française son inspiration, et profondément marqué également par le répertoire africain. Grâce à cette approche fouillée, on perçoit mieux les richesses de cette musique, toujours lumineuse, transcendante et magique, c’est un livre qui nous la fait mieux comprendre aussi, par ses explications et commentaires détaillés. Eléments biographiques précis et bibliographie complètent agréablement cette étude.

Fasciné par les grandes nefs de Saint-Eustache ou de Notre-Dame, et des orgues gigantesques qui s’y trouvent, Jean-Louis Florentz, grâce à ces outils merveilleux, nous a montré combien il était habité par l’idée d’une recherche spirituelle fondamentale à l’échelle cosmique. Il nous a quitté hélas bien jeune encore, mais son œuvre géniale reste et continuera longtemps à nous élever.

(Visited 395 times, 1 visits today)