- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Nikolai Lugansky, souvenirs d’un été pianistique

Pour ceux qui veulent replonger encore et encore les moments intenses de Festival de Verbier, rendez-vous incontournable de nombreux mélomanes, Medici Arts continue à publier des DVD de quelques concerts-clés, dont ce récital de donné en 2008.

Sa technique toujours impeccable, sa rigueur digne d’une horloge suisse associée à un lyrisme qui ne se noie jamais dans un sentimentalisme facile ou immédiat — un lyrisme méticuleusement travaillé que l’on pourrait même qualifier d’intransigeant — constituent certainement les points les plus forts de ce pianiste russe, l’une des rares «valeurs sûres». Dans ce récital comme dans les autres, ces caractéristiques sont parfaitement intactes, au grand bonheur de ses admirateurs.

Tout au long du concert, la sobriété de ses gestes semble susciter une écoute accrue chez les auditeurs. En effet, il ne recherche jamais le spectaculaire dans ses gestes, même dans des morceaux redoutablement difficiles comme les Etudes d’exécution transcendantale de Liszt ; ses bras et ses doigts n’exécutent aucun mouvement superflu, ils ne font qu’obéir aux exigences d’interprétation de chaque morceau. La vue du spectacle sur scène n’influence donc jamais notre jugement sur son jeu, en dépit du fait qu’il soit un véritable virtuose ; seule sa musique nous impressionne.

Digne de son génie pianistique, Lugansky ouvre son programme avec une Sonate de Janáček, sombre et profonde, que l’on n’entend que trop rarement. Pari difficile pour captiver l’auditeur dès le début d’un récital, où d’autres pianistes pourraient bien échouer. Pour Prokofiev, il a choisi des morceaux familiers (les six dernières des Dix Pièces) mais techniquement très exigeants. On adore Les Montaigus et les Capulets sous ses doigts dynamiques et énergiques, mais aussi les Danses des jeunes filles aux lys si gracieuses ! Après six morceaux d’une virtuosité diabolique de Liszt, il attaque en bis trois Préludes de Rachmaninov et une Etude de Chopin sans montrer aucun signe de fatigue. Une preuve de plus qu’il est l’un des plus grands interprètes de sa génération.

Après de telles exécutions, même devant un écran, on aurait envie d’applaudir longuement l’artiste. Or, dans ce DVD, la durée des applaudissements, qui font pourtant partie intégrante d’un concert, est réduite au minimum, ce qui diminue le plaisir d’un enregistrement live

(Visited 90 times, 1 visits today)