- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Cecila Bartoli, un monstre sacré

fait bien les choses. Elle sait admirablement accompagner son talent des personnes qui savent le mettre en valeur. Ici, le cinéaste et le costumier se sont faits les complices de la musique et de son interprète. Comme pour son enregistrement dédié à La Malibran dont une exposition itinérante consacrée à la légende du belcanto suivait pas à pas les récitals de la mezzo romaine, son recueil d’airs de castrats Sacrificium la voit parallèlement proposer un superbe film où la chanteuse reprend la majeure partie des airs de cet album.

Qui n’a eu la chance d’assister à l’un des concerts de la mezzo aux prises avec la virtuosité époustouflante de ces airs de castrats pourra, à la découverte de ce document, voir avec quel engagement se donne à son art. A ses côtés, retrouve la vivacité et l’esprit qui l’habitait déjà quand il accompagnait la mezzo dans son album Vivaldi, l’une des plus grandes réussites discographiques de ces dernières années. Il dégage une énergie formidable qui, combinée à la fougue de , porte ces moments musicaux à leur paroxysme.

Mélangeant intelligemment la représentation et le documentaire, le cinéaste Olivier Simonnet promène sa caméra sous les angles les plus divers pour capter la mezzo dans ses plus secrets espaces d’authenticité. Tantôt depuis les coulisses du théâtre, tantôt depuis la scène, tantôt dans le grand escalier du somptueux palais royal de Caserte, il surprend Cecilia Bartoli dans l’intime expression de son art du chant. Majestueusement vêtue, enveloppée dans une grande cape noire doublée d’un tissu d’un rouge étincelant, voyez-la bondir dans son «Come nave in mezzo all’onde» de , ou s’alanguir dans son «Sposa, non mi conosci» de Geminiano Giacomelli.

Plus encore que la beauté du décor, des airs, du costume, c’est l’éclatante splendeur personnelle de l’artiste qui bouleverse le spectateur. Jamais dans la représentation, jamais dans l’autosatisfaction, Cecilia Bartoli démontre à nouveau combien elle domine l’expression vocale sous tous les angles. Une technique sans cesse en progression, une musicalité sans égale, une intelligence de lecture sans faille, une expressivité théâtrale irréprochable, La Bartoli s’affirme ici comme un monstre sacré, une véritable légende vivante.

(Visited 108 times, 1 visits today)