- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Une partie de plaisir

Chamber Music Masters

Invité du programme Chamber Music Masters du conservatoire de San Francisco, , quatre-vingt dix ans, premier violon fondateur de l’historique quatuor Julliard, a réuni à ses côtés professeurs et étudiants dans un concert exceptionnel clôturant sa master-class.

Voilà une initiative qui promeut à la fois les professeurs de cette grande institution et le plaisir de faire de la musique ensemble en immergeant les étudiants aux différentes formations, les laissant parfois même aux commandes.

Dans la salle du conservatoire dont le raffinement égale les salles parisiennes les plus prestigieuses, s’engage une foule bigarrée d’étudiants, amateurs et connaisseurs qui n’ont pas eu à regretter d’avoir préféré au Symphony Hall deux heures de musique de chambre. Car ainsi promue, avec cet élan irrésistible pour «ne faire qu’un», le plaisir évident qu’y prend chacun subordonnant l’excellence individuelle à l’esprit d’équipe, la musique de chambre est «fun».

Les formations de ce soir sont des agrégats ponctuels et le mortier qui les soude n’est autre que la logique du plaisir et du partage.

Ainsi, le Trio de Beethoven, irrigué par la verve lyrique du violoniste Axel Strauss, la tendresse de et la touche d’esthète du pianiste , se colore de ces diverses influences. Le Quintette de Franck, avec l’impérieux et le fougueux au piano – encore étudiant –, apporte, lui, une atmosphère moins nuancée mais fébrile et passionnée, qui emporte toute l’équipe. Le propos est néanmoins solidement structuré et lumineux. A quatre-vingt dix ans Robert Mann galvanise ceux qui gravitent autour de lui mais détient, avant tout, une sonorité et une expressivité radieuses.

Le quintette avec guitare 100 Greatest Dance Hits du compositeur new-yorkais , est bien plus intéressant que ne le laisse présager le titre. L’influence de la musique populaire – rap, disco, salsa… – dépoussière les stéréotypes instrumentaux pour faire de l’alto une diva où des musiciens classiques apparaissent comme des explorateurs plutôt que des expérimentateurs.

C’est drôle, rafraîchissant, énergisant… la musique de chambre comme ça, on en redemande.

Crédit photographique : Conservatory of Music / DR

(Visited 58 times, 1 visits today)