- ResMusica - https://www.resmusica.com -

François-Xavier Roth, Berlioz à 10 000 volts

Premier disque du label autogéré Live (en collaboration avec Musicales Actes Sud et distribué par Harmonia Mundi), il n’est pas exagéré de parler de réussite. Enregistrer la Symphonie fantastique d’ sur instrument d’époque n’est pas en soi une nouveauté. John Eliot Gardiner avait créé la surprise en 1993 avec son Orchestre Révolutionnaire et Romantique (Philips). Plus près de nous, Jos van Immerseel a livré sa version, au plus près du texte. Loin de les concurrencer, la lecture de semble un compromis entre tradition d’interprétation et recherche musicologique.

Cette nouvelle version sur instrument d’époque ne vise pas à imposer une «vérité» mais à rendre au mieux les couleurs de l’orchestre berliozien. Cordes en boyaux et archets moins tendus créent ainsi des effets de dynamiques qui rendent la texture polyphonique plus claire. Les timbales en peaux sonnent plus sèches, les vents sont un peu plus verts, mais le tout est très homogène et surtout joué avec justesse. Les sonorités se font volontairement criardes (violoncelles dans l’aigu de la Marche au supplice, col legno des cordes et solo de clarinette dans le Songe d’une nuit de Sabbat) sans être vulgaires. Malgré l’énergie qui sous-tend cette interprétation les tempos ne sont pas excessifs, fait littéralement chanter son orchestre, rappelant à quel point le bel canto romantique est une des bases du style de Berlioz.

On regrettera simplement un minutage un peu chiche et l’économie de présentation – un simple digipack et une notice réduite à son minimum syndical. Nonobstant ces réserves, surtout éditoriales, les volumes suivants du label Live sont attendus avec impatience.

(Visited 607 times, 1 visits today)