ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Heisser et Albeniz en trois constats

Un premier constat s’impose comme naturellement : appartient à la belle famille des artistes internationaux de qualité. Sa carrière le prouve abondamment. Ses nombreux concerts et sa discographie généreuse renforcent s’il en était besoin cette ébauche de caractérisation. Son interprétation de douze impressions pour piano, Iberia, chef d’œuvre incontesté qu’Isaac Albeniz composa entre 1905 et 1908, opte volontairement pour une vision maussade, grave, en noir et blanc en quelque sorte. Le folklore latent d’Iberia perd ici sa luxuriance, sa chaleur et sa sensualité au profit d’un regard objectif fait de couleurs plutôt uniformes, de rythmes secs et rigides, d’un refus de la séduction que véhiculent habituellement ses impressions méditerranéennes généreuses et ardentes. La fournaise ibérique, la flamme et la véhémence que l’on attendait légitimement ne sont pas au rendez-vous et s’effacent au profit d’une grisaille rebutante que Heisser justifie par une construction homogène qui tient la route en dépit de ses choix singuliers.

Tout en s’appuyant sur des contrastes rudoyés et des sonorités surtout déclinées dans le registre du terne, son enregistrement répond fidèlement et brillamment à ses options interprétatives tranchées. Malheureusement, constat suivant, on déplorera la qualité technique navrante de l’enregistrement lui-même, sabotée par une image sonore indigne des possibilités accessibles à notre époque. Le troisième constat revient aux Editions Actes Sud avec cet objet tripartite, à la fois livre (texte « Rêver l’Espagne » de Philip Fénelon), photographique (reportage austère en noir et blanc d’Isabel Muňoz, inspiré par la tauromachie) et bien sûr, on vient d’en parler, musical. Cet ensemble construit autour d’un thème unique inaugure et occupe un nouveau créneau où diverses approches complémentaires finissent par élaborer un nouvel objet culturel qui peut-être contribuera à la survie de la musique enregistrée matérialisée. Sérieux certes mais jamais hypnotique ni festif.