- ResMusica - https://www.resmusica.com -

De l’Atlas aux Alpes

Festival de Chaillol

Le violon dans la musique orientale, cela tombe sous le sens. L’instrument, appelé rebec au Moyen-âge, vient du rabâb, cet instrument à l’unique corde frottée utilisé dans la musique savante arabo-andalouse. En revanche, on connait moins le parcours original de la viole d’amour. Cet instrument connait ses ultimes heures de gloire au XVIIIe siècle avec Bach et Vivaldi, pour n’être exhumée qu’au début du XXe par Janáček et Hindemith. Pourtant c’est dans l’empire Ottoman qu’elle connut une seconde vie, sous le nom de sînkemanı.

Alternant l’un et l’autre, Jasser Haj Youssef, jeune violoniste tunisien formé dans son pays et en France, livre dans la petite église de Rambaud (Hautes-Alpes) une série de compositions et d’improvisations d’après des thèmes folkloriques issus des mondes turc ou arabe. La Méditerranée, lieu d’échange, se ressent dans cette musique, de l’écriture diatonique à la métrique régulière propre au Maghreb, carrefour des cultures européennes, arabes et africaines, aux micro-intervalles et mesures irrationnelles caractéristiques du Mashreq, la part orientale de Mare Nostrum, où se mêlent les influences arabes, éthiopiennes, ottomanes et hébraïques.

Violoniste / violiste et percussionniste emmènent le public dans un voyage initiatique d’Istanbul à l’Espagne, dans un répertoire faits de pièces longues, travaillées et savamment construites. Nous n sommes pas en présence de folklore de pacotille, mais bien d’une musique «classique», c’est à dire savante, qui comprend sa part d’écrit et sa part d’improvisé.

C’est par ce concert que se terminait la saison «d’hiver» du Festival de Chaillol, série de concerts de janvier à juin dans les villages des Hautes-Alpes initiée par le pianiste Michael Dian. Place maintenant au festival proprement dit, avec son académie, du 18/ juillet au 13 août.

Crédit photographique : Jasser Haj Youssef © Awel Haouati

(Visited 52 times, 1 visits today)