- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Claire-Marie Le Guay et le Quatuor Mandelring interprètent Schumann

Le hasard fait-il vraiment bien les choses ? Alors que paraît chez Alpha une très belle version des Quintette op. 44 et Quatuor op. 47 de Schumann dans le cadre de l’intégrale réalisée par Éric Le Sage, nous voici interpelés par le même programme associant au . Si l’exercice peut être tentant nous ne ferons pas d’étude comparée, laissant aux deux interprétations le soin de nous révéler ce qu’elles ont à nous dire. et Eric le Sage poursuivent tous les deux des carrières internationales, se retrouvant parfois pour jouer ensemble, leurs talents s’expriment sans se confronter. Le hasard du calendrier a voulu cette mise en parallèle dans l’univers si riche et inspiré de Schumann, sachons en profiter.

Après des versions d’anthologie comme les Budapest/Serkin, Guarneri/Rubinstein ou plus récemment Argerich/Schwarzberg/Hall/Imai/Maisky, l’exercice n’est toutefois pas aisé. Le Quintette op. 44 s’impose en référence absolue, maintes fois enregistré, fleuron de la musique de chambre d’un Schumann inspiré en cette année 1842 où il compose aussi un Quatuor op. 47 de moins grande stature mais riche en émotion.

Avec le nous sommes à la recherche d’une authenticité musicale. C’est d’ailleurs ce que nous ressentons d’emblée lorsque les premières mesures du Quatuor op. 47 remplissent l’espace sonore de notre salon. L’ensemble pose sa griffe expérimentée par un jeu où l’on apprécie pleinement l’homogénéité dans la sonorité, l’intonation et le phrasé. dialogue à la perfection avec une approche sobre et limpide de la partition. Cette interprétation fait mouche de façon toute naturelle, forçant l’admiration d’artistes de grande classe et nous invitant au rêve. Enregistré en SACD, l’instant n’en est que plus magique et fait de ce disque un produit remarquable que l’on peut se procurer sans hésiter.

(Visited 238 times, 1 visits today)