- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Magnus Lindberg : un panorama magnifique à embrasser

Subtilement écrit et puissamment ambivalent, comme toutes les œuvres de , le programme de cet enregistrement nous confirme la position qu’occupe depuis de nombreuses années déjà sur la scène internationale ce compositeur original, fécond, sans cesse en mutation esthétique. La musique orchestrale domine sa production et c’est dans ce créneau qu’il se montre le plus novateur et le plus inspiré. Dès le début de sa riche carrière il occupe avec quelques autres la tête du courant moderniste finlandais. Pour bien comprendre les métamorphoses de son esthétique, de sa démarche créatrice, il faudrait réécouter chronologiquement l’ensemble de ses œuvres enregistrées. Pour l’heure, on se contentera avec plaisir et intérêt des quatre partitions proposées depuis Tendenza (1982), œuvre de jeunesse, énergique, rugueuse voire brutale à Arena 2 (1996) où l’élément mélodique se renforce quoique encore très modestement, en passant par Corrente (1992) basé sur un ostinato rythmique insistant, avançant vers un courant stravinskien et enfin Coyote Blues (1993) s’appuyant davantage sur de très brèves cellules mélodiques et une rythmique pleine d’énergie communicative. Toutes reçoivent une lecture impliquée, enflammée et brillante de cet orchestre de chambre à géométrie variable,

Avanti !, fondé en 1983, notamment par les chefs d’orchestre plein d’ambition et de talent qu’étaient déjà Esa-Pekka Salonen et Jukka-Pekka Saraste. Cette formation toute dévouée à la musique du temps présent ne se présente plus. Le chef retenu, (né en 1965), connaît, aime et illustre ces partitions avec la science et le brio qui illumine si bien son engagement pour les musiques de son temps.

(Visited 79 times, 1 visits today)