- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Geneviève Strosser : l’alto, il divo!

Les cinq pièces de ce nouvel enregistrement Æon sous le seul archet de confirment, s’il était besoin, l’envergure et les qualités de cette interprète d’exception ainsi que la place d’élection de l’alto solo dans le répertoire contemporain. A côté de la Sonate de Ligeti qui fait ici œuvre de référence, choisit quatre partitions des plus singulières qui exploitent d’autant les capacités inouïes de son instrument.

C’est en concevant Loop (1991), une courte pièce pour alto (actuellement deuxième mouvement de la Sonate) que l’idée d’une grande forme en six parties vient à l’esprit de Ligeti. La ligne épurée et légèrement détempérée d’Hora Lunga – jouée sur la seule corde de do – qui fait office de prélude, semble faire écho à Melodia (dans la Sonate pour violon de Bartók). À près de soixante dix ans, Ligeti porte un regard presque nostalgique vers sa Roumanie natale et l’authenticité de ses chants. Placée sous le signe de la danse – Hora lunga signifie «danse lente» – et alternant des mouvements contrastés et couronnés par une Chaconne, sa Sonate pour alto relève de la Suite de danses mais «sans aucune allusion historisante» précise le compositeur. Geneviève Strosser en détaille toutes les singularités avec un sens raffiné du timbre (Hora lunga et Fascar), une fluidité du geste qui donne vie au processus (Loop) et une conduction du son qui fascine (Lamento).

Avec son flux énergétique continu, Trema de ne concède guère de répit à l’interprète et l’on est d’emblée envoûté par l’autorité du geste qui mène cette trajectoire et l’énergie du son voué à de constantes métamorphoses. La théâtralité affleure dans le diptyque Ali (1977) de dont Geneviève Strosser assume avec une virtuosité confondante l’écriture désinvolte et fantasque. Si lèse l’alto en concevant respectivement Pression (1961) pour le violoncelle et Toccatina (1986) pour le violon, Geneviève Strosser s’approprie la partition de Toccatina et met l’alto «à la question» – elle joue presque exclusivement avec la vis de l’archet – dans cette transcription qui est aussi recréation. Autre expérience, intérieure celle-là, avec le son lui-même, l’impressionnant triptyque Manto de Scelsi, mêlant à l’alto la voix de quelque prophétesse, révèle, chez l’interprète, des capacités insoupçonnées.

(Visited 256 times, 1 visits today)