- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Byron Janis à prix doux

Quelle excellente initiative de la part de Brilliant Classics de reprendre sous licence Decca-Universal les enregistrements légendaires Mercury d’œuvres concertantes par le pianiste , d’autant que depuis la disparition de Wilma Cozart Fine, l’ingénieur du son de génie du célèbre label américain, il semble bien qu’Universal Music ne soit plus enclin non seulement à continuer la prospection de son riche catalogue, mais même d’en maintenir les publications déjà existantes qui pourtant avaient fait sensation…

Né le 24 mars 1928 à McKeesport, près de Pittsburgh en Pennsylvanie, fait partie de cette première génération de pianistes américains dont certains ont connu une destinée pénible, voire tragique : William Kapell (1922-1953), décédé dans un accident d’avion près de San Francisco ; Leon Fleisher et Gary Graffman, également nés tous deux en 1928, et privés progressivement de l’usage de la main droite ; Van Cliburn, né en 1934, dont l’exceptionnelle maîtrise d’un jeu haut en couleurs se dégrada notablement peu après son Premier Prix au premier Concours International Tchaïkovski de Moscou en 1958…

Byron Janis lui non plus ne fut guère épargné par la douleur, très tôt atteint aux mains par une arthrite psoriasique qui mit longtemps sa carrière en veille, mais qu’il surmonta à force de persévérance et de courage peu communs, et de nombreux traitements médicaux pénibles. Aujourd’hui encore, à l’âge de 83 ans, il joue du piano, la musique étant toute sa vie.

Mais l’essentiel de ses gravures fut accompli au tournant des années 60 pour Mercury, et avec ce label, il fut le tout premier pianiste américain à enregistrer à Moscou en pleine guerre froide : toute une aventure non seulement pour le pianiste, mais également pour l’équipe technique ! Et cette réédition Brilliant Classics n’a pas manqué de reprendre tous ces légendaires enregistrements avec orchestre de juin 1962, dirigés soit par Kirill Kondrashin, soit par : les Concertos n°1 et n°2 de Liszt, n°3 de Prokofiev, n°1 de Rachmaninov. Éblouissants ! L’auteur de cette chronique n’hésite pas un seul instant à affirmer qu’il n’a jamais entendu le Prokofiev joué avec une telle sensibilité et une telle perfection, notamment au niveau rythmique ; et la prise de son naturelle tri-microphonique de Mercury, ajoutant au plaisir extrême de l’audition, n’a jamais été surpassée… La veuve du compositeur, Lina Prokofieva, d’affirmer : «J’ai été profondément émue. C’était à vous couper le souffle. Byron Janis a joué avec une inspiration fantastique.» L’événement moscovite fut également l’idéale opportunité pour Byron Janis d’achever l’enregistrement de son cycle des concertos de Rachmaninov, dont les n°2 et n°3 (sans coupures) avaient déjà été mis en bande par Mercury en avril 1960 et juin 1961, sous la direction admirablement chaleureuse et précise d’.

Quelques mots d’ailleurs concernant la «mise en disque» de Brilliant Classics : le programme des CDs 1 (Rachmaninov) et 3 (Schumann et Tchaikovsky) sont absolument à l’identique des éditions originales en CD Mercury ; le CD 4 consacré aux concertos de Liszt en diffère en nous offrant avantageusement les imposants Tableaux d’une Exposition de Moussorgsky captés aux USA en septembre 1961, plutôt que diverses petites pages pour piano solo de divers compositeurs présentes dans l’édition originale Mercury. Le seul léger désappointement concerne le CD 2 (Rachmaninov et Prokofiev) qui, par rapport à l’édition Mercury, se trouve purement et simplement amputé des petites pièces pour piano solo, réduisant le CD 2 à une durée de 50 min 29… Au moins aurait-on pu conserver comme bis, par homogénéité, la Toccata de Prokofiev, tout comme d’ailleurs a été conservée, au CD 3, l’Arabesque op. 18 de Schumann, qui suit son Concerto en la mineur op. 54…

Enfin, tel quel, remercions Brilliant Classics d’avoir remis en circulation, à des conditions particulièrement avantageuses, ces sublimes enregistrements de Byron Janis, l’un des plus grands pianistes du XXe siècle.

(Visited 475 times, 1 visits today)