ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Giulio Biddau et Fauré : un premier enregistrement pianistique réussi

Pour un premier enregistrement, voilà une belle réussite de la part de cet artiste italien. Mais ne nous leurrons pas sur l’accointance apparente entre le thème de la barcarolle qui évoque immédiatement le balancement des gondoles vénitiennes et les origines sardes de  ! Après des études au conservatoire de Cagliari, il continue à Gênes puis à Paris avec Jean-Marc Luisada et bénéficie des conseils d’Aldo Ciccolini. Ce beau pedigree lui permet d’aborder la musique de sous les meilleurs auspices.

En ce qui concerne son interprétation, on remarquera des tempos plutôt standards avec une légère tendance à la lenteur. Mais c’est surtout à l’intérieur du morceau que cela se passe. Ainsi, le geste devient pressé au niveau des traits, ce qui a pour effet d’en quelque sorte désuniformiser le rythme convenu de la barcarolle et de trouve par là même une certaine mouvance interne, légèrement perturbatrice et donc fort agréable. Le phrasé reste plutôt rond et évite le staccato ou le détaché que l’on entend ici ou là dans les autres interprétations, par exemple dans les premières mesures de la barcarolle n°7 ou de la suivante. La pédale est présente mais évite soigneusement le flou harmonique qui n’est plus à la mode actuellement. Esthétiquement, un sens de la poésie et du lyrisme habite le cycle, tout comme il parcourt le Thème et Variations op.79. Sans assagissement fadasse ni contemplation béate, on assiste à un déploiement de couleurs davantage sorties d’une peinture à l’huile, nettes et brillantes, que de pastels et d’aquarelles.

En conclusion, un Fauré bien français presque détourné de son image traditionnelle et en partie fautive.