- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Libre-échange, l’opéra de poche de B. Hamon

L’opéra de poche, c’est l’opéra de demain. Il tient en une heure, ne nécessite pas d’orchestre symphonique et comporte une distribution réduite. Ce qui ne l’empêche pas d’aborder des sujets sérieux.

Dans Libre-échange, dernier volet d’une trilogie, imagine un dialogue entre trois chanteuses à l’entrée d’une audition. Ambition, jalousie et mesquinerie sont bien sûr présentes, surplombées toutefois par l’amour de l’art. Outre les deux sopranos et la mezzo, un piano, un violoncelle et une guitare complètent la formation. Sur scène, les trois instruments apportent une présence intéressante face aux trois voix, dans un jeu de miroirs et d’apostrophes plutôt original.

La partition, fine et bien emmenée, se renouvelle efficacement, développant quelques beaux thèmes et se basant sur des rythmes astucieusement variés. On apprécie le « parler-chanter » de certaines répliques. Si la diction reste perfectible, le ton du livret de B. Hamon nous plonge dans une oralité spontanée aussi réjouissante que touchante. Kurt Weill n’est pas loin, d’autant que le caractère de l’œuvre est assez brechtien. La réflexion sur la condition de l’artiste dans un monde de compétition est pertinente et se conclue, pleine de foi, sur un air d’une « infinie douceur ». Mention particulière à , magnifique mezzo qu’on espère entendre plus souvent à l’avenir.

Crédit photographique : © Gilles Régnier

(Visited 204 times, 1 visits today)