- ResMusica - https://www.resmusica.com -

L’aube naissante de l’Ars Subtilior

Créé l’été dernier dans la cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon, Cesena point à l’aube comme En atendant s’éteignait au crépuscule. Au cœur des deux pièces, l’, ce mouvement musical si singulier du XIVème siècle.

Chanteurs et danseurs mêlés, parfois emmêlés, vont 1h40 durant explorer avec émotion et subtilité ce répertoire profond et troublant apparu dans le sud de la France, dans le nord de l’Italie et à Chypre dans une période de grands changements géopolitiques et sociologiques. Traversant un fin cercle de sable, faisant écho au trait d’En atendant, ils parcourent un espace parfois trop petit pour eux. Plateau nu, d’abord, plongé dans la quasi-obscurité, puis s’éclairant au fil du spectacle d’une lumière qui figure l’aube.

L’engagement physique des chanteurs, toujours en mouvement, battant à tour de rôle la mesure, n’a d’égal que la musicalité des danseurs. Incarnation de chaque ligne mélodique, raffinement du contrepoint, polyphonie fragile, cet entremêlement des voix et des corps forme une masse commune, unique, de cœurs battants.

La transposition de ce concept lumineux de la cour d’honneur du Palais des Papes, créé en plein air, vers l’espace clos et sombre d’un théâtre, est cependant moins convaincant que pour En atendant. Il semble en effet plus difficile de passer de l’ombre à la lumière.

Crédit photographique : © DR

(Visited 465 times, 1 visits today)