Banniere-clefsResMu728-90

Edouard Souberbielle, grand pédagogue de l’orgue

À emporter, Biographies, Essais et documents, Livre

Alexis Galpérine : Edouard Souberbielle (1899-1986), un maître de l’orgue. Delatour France, collection Organ Prestige dirigée par Frédéric Denis. ISSN 2102-6696. Code barre 9792321003454. 357 pages, format 24 x 17 cms. Prix : 28 € TTC

 

Continuant ses recherches sur l’orgue français, la collection Organ Prestige chez Delatour nous offre aujourd’hui un ouvrage qui permet de découvrir la personnalité d’un artiste qui a beaucoup contribué dans la manière de jouer à l’orgue, depuis l’enseignement de Marcel Dupré qui a occupé la plus grande place au milieu du XX° siècle. Peu connu du grand public, et guère plus des organistes, en tous cas des plus jeunes, il était temps qu’un ouvrage nous révèle enfin qui fut ce professeur tant recherché.
Son petit-fils Alexis Galpérine, s’attache ici à nous expliquer la place de cet artiste dans un monde de l’orgue en évolution, et en réaction par rapport à un certain ordre établi, au sortir de la deuxième guerre mondiale.

Une première partie de l’ouvrage à but biographique, nous décrit cet homme touché par le don musical dès son plus jeune âge, qui devint professeur à la Schola Cantorum, et par la suite à l’école César Franck. Ce maitre de l’orgue est le premier, avec André Marchal, qui remit en cause la technique dissertée par l’école Dupré, en reprenant depuis le début, le toucher à l’orgue, devenu comme par enchantement, et grâce à son enseignement, vivant, humain, en un mot : musical. Il prône l’orgue à traction mécanique, avec un toucher sensible, enseignant une manière très précise pour l’enfoncement des touches, et encore plus important, leur relevé. Il est le premier ! A sa suite, quelques élèves vont lui emboîter le pas : Michel Chapuis, André Isoir, Francis Chapelet, et quelques autres… Grâce à lui une nouvelle ère de l’orgue s’ouvrait alors, une époque de pionniers avec ses nombreuses découvertes dans ces fantastiques laboratoires que sont les orgues, une nouvelle vague dont nous bénéficions encore aujourd’hui, grâce à sa vision qui fut révolutionnaire.

Cet ouvrage renferme de nombreux témoignages de musiciens l’ayant côtoyé ou ayant été ses élèves, précisant plusieurs points de sa personnalité et de son enseignement. Le dernier récit rapporté par son élève, Nicolas Gorenstein longuement développé sur une soixantaine de pages, nous renseigne sur la manière dont Edouard Souberbielle donnait ses cours, nous livrant au passage quelques secrets de fabrique. On l’aura compris, il s’agit là d’un livre indispensable pour la connaissance de cet artiste, et des renseignements précieux sur le jeu de l’orgue tel qu’il le concevait, au service de la seule musique, pour rendre l’orgue souple, sensuel et chaleureux comme un violon ou une flute. Curieusement, Edouard Souberbielle donna peu de concerts et n’enregistra aucun disque. Cependant, le lecteur trouvera en fin d’ouvrage un CD reprenant quelques moments caractéristiques de l’Art d’Edouard Souberbielle, captés en concert, entre autres à Saint-Thomas d’Aquin, ou à Notre-Dame de Paris. Ce sont là des documents d’une grande rareté et d’un intérêt majeur pour écouter le jeu de ce maître. Quelques écrits d’Edouard Souberbielle complètent cet ouvrage, dont sa passion pour le Portugal et ses orgues baroques. Il nous livre même ici, les détails de celui construit au XVIII° siècle, dans la chapelle de l’université de Coimbra, preuve de l’intérêt évident qu’il portait à l’orgue ancien, même lointain. Sans lui, l’orgue français ne serait sans doute pas tout à fait ce qu’il est aujourd’hui, grâce à la pierre de taille qu’il nous a léguée. Ce livre, émaillé de nombreuses photos et exemples musicaux, est là pour nous en convaincre.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.