ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Missa 1733 de Bach par Raphaël Pichon

Interprète remarqué de l’oeuvre de JS. Bach (il a déjà enregistré pour Alpha les quatre Messes brèves du Cantor de Leipzig), le chef s’était penché au concert en 2011 sur les ébauches de la Passion selon Saint Matthieu à travers la reconstitution de la Musique funéraire pour le Prince de Cöthen BWV 244a. Il propose à présent au disque la première mouture de ce qui deviendra (seulement à partir de 1845) la Messe en si BWV 232. On trouve donc ici uniquement la Missa, composée du Kyrie et du Gloria, datée de juillet 1733, que Bach écrivit à l’intention de Frédéric Auguste II, prince-électeur de Saxe installé à Dresde, dans le but d’obtenir le poste de maître de chapelle de la cour (poste qu’il ne décrochera finalement qu’en 1736). , qui justifie sa démarche, ses options dans le livret – fort intéressant – de l’enregistrement (manière d’utiliser le cor dans l’aria de basse Quoniam tu solus sanctus, choix de l’effectif, emploi du clavecin, d’un théorbe dans le continuo…), propose une interprétation globalement réussie de cette « Missa 1733 », surtout remarquable dans l’équilibre, la souplesse, la virtuosité, du choeur, vingt-cinq chanteurs, et de l’orchestre, à l’effectif à peu près similaire. L’approche du jeune chef est très soignée, appliquée, lumineuse, avec des tempos plutôt modérés (en particulier le Qui tollis peccata mundi), au détriment d’une version plus théâtrale, « habitée », l’impression étant renforcée par la relative neutralité des solistes. Aucune faute de goût chez les jeunes chanteurs réunis ici mais un manque d’expression, de relief, d’articulation dans la prononciation du texte (consonnes) qui au final tempère l’enthousiasme suscité à l’écoute de ce disque.

La démarche originale (mais un peu frustrante) de de n’enregistrer que la Missa permet à cette parution de se distinguer de la concurrence (pas loin de deux cent versions à ce jour de la Messe en si…) . Elle ne constitue néanmoins pas une sortie essentielle renouvelant ou bouleversant notre connaissance de l’oeuvre.