ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Maurice Emmanuel, la rumeur du monde

Nous ne dévoilerons pas la raison du titre donné au DVD, fort intéressant documentaire abondamment illustré d’extraits musicaux. Il ne donne qu’une envie : continuer la découverte de ce musicien génial dont on ne puisse être sûr que d’une chose, la médiocrité de sa représentation commerciale sur support audio !

Marie-Catherine Girod s’était lancée il y a bien des années dans l’intégrale, sans doute la première, des Sonatines. Des artistes comme ne sauront être jamais assez remerciés de remettre sur le feu ces pièces courtes mais fondatrices d’un style nouveau qui n’ont rien, comme leur appellation peut le laisser entendre, de petites formes superficielles.

Il paraît incroyable d’entendre, de la bouche même de sa petite-fille, vieille dame dont le regard brille à l’évocation toute musicale de son grand-père, que ce musicien a détruit dans les années 1920 plus de la moitié de ses manuscrits, tant l’exigence musicologique, conditionnée par l’évolution de son écriture, était suprême. Paul Dukas aura d’ailleurs la même impartialité encore plus radicale vis à vis de son œuvre, hélas pour nous.

On ira donc pas à pas dans ce monde créateur d’une audace majeure pour l’époque, né dans le monde du postromantisme – pas uniquement composé de « miasmes » comme veut nous le faire croire un intervenant du documentaire – pour finir dans une modernité qui ne plaisait pas à tout le monde, mais qui fera des petits dans la musique de l’avenir, via des élèves aussi essentiels pour l’évolution de l’histoire de l’art musical qu’Henri Dutilleux (interviewé brièvement dans le documentaire) et Olivier Messiaen.

Artistiquement, l’engagement de ne laisse aucun doute, et l’on salue son courage en matière de choix artistiques hors du commun (musique de chambre d’Emmanuel, pièces pour piano de Florent Schmitt ou de Pierné par exemple). Une seule réserve, minime, apparaît à quelques fins de phrases : un arrêt de la sonorité par la pédale chuintant qui manque de netteté.

Mais cela est bien peu au regard de l’apport et du plaisir générés par cette musique.