- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Interprétation émouvante des 44 duos de Bartók

Les 44 duos forment un corpus relativement homogène de pièces à portée didactique, d’ailleurs encore pratiquées de nos jours dans les conservatoires notamment. Si ce sont des pièces d’étude, me direz-vous, est-il vraiment nécessaire de les enregistrer ? Ce à quoi nous répondons : oui.

Premièrement, parce qu’il faut savoir faire confiance aux interprètes, qui sont à vrai dire assez nombreux à les enregistrer. On citera à titre d’exemple la réédition récente du disque que Gérard Poulet et Régis Pasquier leur avaient consacré – entre autres oeuvres.

Pour ceux d’entre nous qui ont un jour pratiqué le violon, et qui savent qu’excellent compositeur autant que bon pédagogue, Bartók a sait allier le travail d’une difficulté technique à l’intérêt du discours musical dans lequel il s’inscrit, on dira simplement que l’interprétation de ces deux excellents musiciens que sont (par ailleurs premier violon du fameux Quatuor Talich) et rendent pleinement justice à ces pièces. Mieux : leur interprétation très engagée confère à certaines d’entre elles une expressivité proprement bouleversante, telles « Affliction » ou « En berçant l’enfant », de petits bijoux de tendresse et de mélancolie.

Pour les mélomanes exigeants et non violonistes, on ajoutera enfin que les 44 duos donnent à entendre en moins d’une heure toute l’esthétique du compositeur. Car tout y est : mélodies (faussement) folkloriques, contrepoint dissonant, canons, rythmes acérés, etc. Bien sûr, il faut aimer Bartók…

Sans prétendre que chacune de ces pièces est un chef-d’oeuvre, on peut affirmer qu’il n’en est pas qui n’ai pas d’intérêt. Toutes proportions gardées, les 44 duos sont à Bartok ce que ses Inventions sont à Bach, ses Etudes à Chopin – et ils sont ici très bien servis !

(Visited 406 times, 1 visits today)