- ResMusica - https://www.resmusica.com -

La sensualité israélienne d’Emanuel Gat

Invité pour la première fois au Théâtre de la Ville, le chorégraphe israélien est une personnalité atypique.

Venu très tard à la danse, à 23 ans, il se forme auprès du chorégraphe Nir Ben Gal. Sa carrière connaît très vite un grand succès international. Les Français (Uzès et Montpellier Danse mis à part) ont mis plus de temps à se laisser séduire, en ne l’invitant que récemment à rejoindre le firmament des stars de la danse. Et pour cause !

La danse sensuelle d’ s’adresse plus aux sens qu’à l’intelligence, ce qui peut déranger dans un pays où l’on prise le concept ou la narration et non l’abstraction. Sans intention préalable, le chorégraphe lance en studio ses danseurs dans une recherche sur la sensation et l’émotion, le poids et la vitesse, la légèreté et la densité, plus que dans une technicité élaborée de pas, malgré l’influence maîtrisée de la danse contact et de la capoeira dans le vocabulaire chorégraphique utilisé.

Tous excellents, les danseurs semblent former les différentes flammèches d’un feu incandescent, des électrons libres aimantés les uns aux autres par une force invisible. Sans que l’on puisse s’attacher à aucun d’entre eux, faute de fil conducteur ou de dramaturgie, ces danseurs incarnent davantage un groupement d’individualités qu’un ensemble constitué d’interprètes. Ce corps collectif organique et mouvant obéit pourtant à des règles de déplacement, de regroupement dans l’espace, laissant sourdre une étrange et poignante beauté dans ses soudaines fulgurances.

(Visited 498 times, 1 visits today)