ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Ismaël Margain et Guillaume Bellom jouent Schubert

Un premier enregistrement pour deux jeunes artistes français dans trois compositions importantes de Schubert pour piano quatre mains, dont la très fameuse Fantaisie, voilà de quoi attirer l’attention. Ils ont donc choisi de se faire connaître par du très connu. L’option garantit une mise en avant médiatique assurée, très grand public, mais aussi une prise de risque courageuse vis à vis des oreilles exigeantes.
A double tranchant, ce Schubert-là tranche effectivement dans le vif du sujet.

On ne peut pas, même avec une exceptionnelle maturité digitale, accompagner cette facilité par la maturité de la pratique et de la réflexion sur le long terme tels que l’ont pu engendrer les plus grands, maturité de la vie qui va se mettre au service de la musique et de ce qu’elle contient. Cela s’entend immédiatement dès les premiers balancements de la partie 2 (main gauche) du piano, plage 1 : on avance, sûr de soi, carré, bien balancé, tout droit. Fière d’être ainsi accompagnée, la main droite lance le chant, et l’on sait d’emblée où elle va aller, sans ambiguïté. C’est propre, net et précis. La conduite du discours ne laisse aucun doute. Ce Schubert n’a pas souffert, mais pourtant, par moment, il hurle. Pas dans la Fantaisie mais dans l’Allegro et la Sonate, par moments très agressifs. Le prise de son y est sans doute pour quelque chose, mais ce piano qui claque, qui brille trop, fatigue au bout d’un moment. Ismaël Margain et Guillaume Bellom ne sont pas les seuls à prendre cette optique interprétative. Mais la fougue de la jeunesse et l’entrain généré par un premier cd, qui se comprend, dessert à la longue une écoute en continu.

Où se trouvent l’inquiétude prête à surgir à tous moments, la plénitude et la douceur des moments d’apaisement relatifs, l’hésitation des ponts harmoniques, la fausse joie, la poésie qui génère cette émotion à l’arrivée d’une nuance ou d’un accord ?

Cet univers est absent au travers du jeu des deux artistes, beaucoup trop spontanés pour cette musique. Attendons un autre répertoire, et un programme solo pour chacun d’eux.

(Visited 543 times, 1 visits today)