ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

William Kapell, une légende américaine du piano

Il est des destins tragiques qui ont brisé net de fulgurantes carrières de musiciens d’exception, dont nous ne pouvons qu’imaginer à regret ce qu’elles seraient devenues si la mort ne les avait interrompues si cruellement. Nous connaissons tous l’exemple de l’incomparable violoniste française Ginette Neveu (1919-1949), disparue avec son frère pianiste Jean Neveu dans un accident d’avion aux Açores le 28 octobre 1949, à l’âge de 30 ans ; les médias en ont bien moins parlé que du boxeur Marcel Cerdan, à la célébrité plus tapageuse, et qui était dans le même avion…

Sans doute moins connu sur notre continent, mais tout aussi exceptionnel, le pianiste new yorkais (1922-1953) subit une destinée comparable, disparaissant également dans un accident d’avion, le 29 octobre 1953 près de San Francisco. Fort heureusement, ces musiciens parmi les plus purs nous ont tous deux légué un héritage discographique sans doute modeste en quantité, mais exceptionnel en qualité. Toutefois cet héritage est relativement fragile, car il est surtout constitué de gravures 78 tours et d’acétates radiophoniques, à une époque où ces formats allaient bientôt laisser place à la bande magnétique et au microsillon 33 tours balbutiants.

était pour bien des mélomanes américains une sorte de héros musical, car il représentait le tout premier pianiste américain de l’ère moderne, extrêmement doué et curieux au point de susciter de nouvelles œuvres de la part de compatriotes compositeurs (Chasins, Copland, Palmer…) Il fut l’élève brillant à la Juilliard School de la célèbre pianiste et pédagogue Olga Samaroff (1880-1948), un temps l’épouse de Leopold Stokowski dont elle lança la carrière de chef d’orchestre, et qui nous a laissé de multiples gravures de piano de l’ère acoustique.

Doté d’une technique phénoménale et d’un jeu infiniment poétique mais parfois controversé, William Kapell possédait un répertoire particulièrement éclectique : magnifique interprète des grands classiques et romantiques (Chopin), il l’était tout autant de compositeurs qui lui étaient contemporains. Il réalisa ainsi les premières gravures de Préludes de Chostakovitch, de la Sonate pour piano de Copland, de Piano Playtime d’Abram Chasins, de la Toccata ostinato de Robert Palmer qui lui est dédiée, et enfin du Concerto pour piano en ré bémol majeur de Khatchatourian (sans flexatone audible !) qui eut le privilège supplémentaire d’avoir comme chef d’orchestre une autre légende, Serge Koussevitzky. Dans les œuvres concertantes de Rachmaninov, Kapell parvint à rivaliser avec le compositeur lui-même et avec Vladimir Horowitz qui refusa de le prendre comme élève, prétextant n’avoir plus rien à lui apprendre…

Cette édition de la série « Masters » de Sony-RCA présente l’intégralité en 11 CDs à prix doux du legs Kapell du label américain : elle reprend la publication « The William Kapell Edition » en 9 CDs parus en 1998 des gravures officielles originales RCA-Victor, augmentée de l’album 2 CDs de 2008 « Kapell ReDiscovered – The Australian Broadcasts » (« Les Radiodiffusions Australiennes ») dont RCA a acquis les droits par l’intermédiaire de la famille Kapell à laquelle la Radio Australienne avait restitué les acétates en 2004. Ces derniers documentent l’ultime tournée du pianiste en Australie juste avant son retour fatidique en Amérique.

Il va de soi que si les 9 premiers CDs de 1998 sont très acceptables du point de vue technique de reproduction sonore, RCA ayant éliminé, quoique drastiquement, les bruits de fond des 78 tours originaux, les acétates australiens relatifs aux deux derniers CDs étaient dans un état tel qu’ils sont difficilement audibles, la famille Kapell les ayant certainement souvent écoutés avant de les confier à la RCA qui a fait le maximum pour les restaurer. Leur intérêt est donc purement documentaire et historique, même s’ils permettent d’entendre des pages non présentes dans les gravures commerciales officielles : Concerto pour piano n°3 en ré mineur op. 30 de Rachmaninov ; Scherzo n°1 en si mineur op. 20 et Barcarolle op. 60 de Chopin ; Suite Bergamasque de Debussy ; Sonate pour piano n°7 en si bémol majeur op. 83 de Prokofiev.