- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Les évocations nostalgiques d’Yves-Noël Genod

Pour l’ouverture du festival Les Inaccoutumés à la Ménagerie de Verre, aligne, plutôt qu’il ne met en scène, des évocations littéraires (Zelda, Fernando Pessoa), chorégraphiques (Nijinsky), picturales (Frida Kahlo) ou musicales (un couple de chanteurs d’opéra). S’il surprend à chaque tableau, c’est parce qu’il ambitionnait d’en faire le spectacle de notre vie, une galerie de portraits universels, en mouvements. Du coup, on y croise aussi un chien, des enfants, une mère de famille et ces invisibles qui ont fait ou font encore partie de notre quotidien : un lépreux, un chevalier, une Rom…

Mais , acteur aux faux airs d’Iggy Pop, n’a pas les moyens du cinéaste Raoul Ruiz quand il évoquait « A la recherche du temps perdu » ou les ressources de James Joyce retraçant sa journée dans Dublin dans « Ulysse ». L’absence de scénographie, d’effets spéciaux ou d’une lumière un peu sophistiquée rend très prosaïque ces évocations qui auraient dû être plus éthérées, fantomatiques. Parfois pourtant, grâce au chant (imperturbables Bertrand Dazin et Jeanne Monteilhet) ou à la poésie (magnifique diction portugaise de João Costa Espinho quand il récite Fernando Pessoa), le spectacle retrouve cette puissance évocatrice voulue par le metteur en scène et chorégraphe.

Crédit photographique © Marc Domage

(Visited 431 times, 1 visits today)