Plus de détails

Elfriede Trötschel. Lied-Bekenntnisse. Lieder de Max Reger (1873-1916), Richard Strauss (1864-1949), Gustav Mahler (1860-1911), Paul Hindemith (1895-1963), Franz Schubert (1797-1828), Robert Schumann (1810-1856), Johannes Brahms (1833-1897) et Hugo Wolf (1860-1903). Airs d’opéra de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Giacomo Puccini (1858-1924) et Antonín Dvořák (1841-1904). Elfriede Trötschel, soprano ; Hans Löwlein, Hubert Giesen, Richard Krauss, Michael Raucheisen, piano ; 2 CD Profil Hänssler, PH13050. Code-barre: 0 881488 13508. Enregistrements radiophoniques et privés, réalisés entre 1944 et 1956. Notice de présentation bilingue (anglais, allemand). Durée : 126’

 

51q2-5SWB+LMorte en 1958 à 44 ans, au moment même où sa carrière prit une dimension internationale, est entrée dans la légende. Comme pour ou Istvan Kertész, on se demande ce qu’elle aurait encore pu nous donner si elle avait vécu plus longtemps. A Dresde notamment, sa ville natale, et à Berlin, où elle passa les dernières années de sa vie, sa mémoire reste vivante. C’est aussi grâce aux archives des différentes radios allemandes qui conservent de précieux enregistrements de cette voix ô combien touchante. Le label « Profil Hänssler » a réédité certains de ces documents (dont des intégrales de Rusalka et du Freischütz) dans ses séries dédiées à la Staatskapelle et au Semperoper de Dresde.

Cette fois pourtant, les sources sont encore plus rares. Pour présenter une autre facette de cette chanteuse versatile – l’interprète de lieder – l’équipe de « Profil » a pris contact avec le fils d’ qui leur a ouvert les archives familiales. En résulte un double CD contenant, en plat de résistance, le dernier récital que Trötschel donna, en 1956, au Kurhaus Bühlau, dans la banlieue de Dresde. Au programme des lieder de Schubert, Schumann, Brahms et Wolf ainsi qu’en bis, des airs d’opéra : Susanna, Mimì, Cio-Cio-San et Rusalka. S’y ajoutent quelques lieder de , gravés en 1949 pour la radio berlinoise (RIAS), ainsi qu’une rareté absolue : des lieder de Strauss, Mahler, Hindemith et Schubert, enregistrés par un ami dans la maison berlinoise des Trötschel où, devant un public familier, elle s’entraînait pour ses récitals à venir.

La qualité de ces enregistrements est étonnante. Si quelques aigus font vibrer un peu trop le micro, la beauté de cette voix fruitée et lumineuse a été captée de façon tout à fait naturelle. Technicienne sans faille, Trötschel possède la fameuse larme dans la voix que l’on associe plus facilement aux ténors. Son chant toujours noble et beau, nuancé, voire raffiné, mais excempt de toute mièvrerie, touche droit au cœur. S’y ajoute une diction exemplaire. Pas un mot ne passe à la trappe – et cela sans que la ligne mélodique soit négligée. Tout juste regrettons-nous un recours un peu trop systématique au portamento – fréquent pourtant à cette époque.

C’est d’ailleurs dans les extraits d’opéra qu’Elfriede Trötschel nous surprend le plus. Soprano clairement lyrique, elle y fait preuve d’une puissance dramatique inattendue, d’une intensité tellement vibrante que l’on oublierait presque que ces airs sont chantés en traduction allemande.

Plus de détails

Elfriede Trötschel. Lied-Bekenntnisse. Lieder de Max Reger (1873-1916), Richard Strauss (1864-1949), Gustav Mahler (1860-1911), Paul Hindemith (1895-1963), Franz Schubert (1797-1828), Robert Schumann (1810-1856), Johannes Brahms (1833-1897) et Hugo Wolf (1860-1903). Airs d’opéra de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791), Giacomo Puccini (1858-1924) et Antonín Dvořák (1841-1904). Elfriede Trötschel, soprano ; Hans Löwlein, Hubert Giesen, Richard Krauss, Michael Raucheisen, piano ; 2 CD Profil Hänssler, PH13050. Code-barre: 0 881488 13508. Enregistrements radiophoniques et privés, réalisés entre 1944 et 1956. Notice de présentation bilingue (anglais, allemand). Durée : 126’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.