ResMusica - Musique classique et danse
- ResMusica - https://www.resmusica.com -

Rameau et Ligeti sublimés par la pianiste Cathy Krier

Pour finir l’année Rameau en beauté la pianiste luxembourgeoise nous offre un magnifique travail enrichi d’une lecture exceptionnelle de Musica Ricercata de Ligeti.

Cette jeune pianiste originaire de Luxembourg née en 1985 défend en soliste et avec orchestre un large répertoire avec une grâce et une précision qui l’ont propulsée sur le devant de la scène. Son CD Janáček, paru en juin 2013, a été largement commenté et classé parmi les meilleures gravures de la musique du maître morave.

La même année une tournée en Chine s’est révélée très fructueuse. D’une manière générale ses exécutions traduisent une adéquation avec les partitions abordées. Sa confrontation avec l’œuvre de Rameau la propulse aux premiers rangs non loin du travail tant admiré de Marcelle Meyer au début des années 1950. Rappelons par ailleurs que Rameau cautionnait volontiers l’utilisation du clavecin seul de ces Pièces en trio (clavecin, violon ou flûte, viole de gambe ou second violon). Plus, Krier comme Meyer, et d’autres encore, abandonnent le clavecin au profit du piano moderne. déroule pour nos oreilles charmées et notre imagination stimulée le film de La Pouleavec ses gloussements effarouchés, le croisement mécanique des aiguilles des Tricotets ou encore la spontanéité de La Dauphine composée pour le mariage du fils de Louis XV. Magnifique exécution donc de quatorze pièces célèbres et entraînantes choisies parmi deux recueils des Pièces pour clavecin (1726-27 et 1741). On reconnaîtra avec plaisir des thèmes et des rythmes automatiquement reliés au style de celui dont on a célébré tout au long de cette année le 350e anniversaire de la disparition.

On soulignera de plus le couplage avec la Musica Ricercata que composa un Ligeti trentenaire au cours des années 1951-1953 alors qu’il était encore étudiant. Dans son avant-gardisme naissant Ligeti s’appuie sur une forme baroque qui précéda la fugue, à savoir le ricercare, hommage assumé à Girolamo Frescobaldi. Les onze brefs morceaux qui constituent l’œuvre obéissent à une construction particulière. Chaque morceau s’appuie sur quelques notes choisies préalablement tandis que le morceau suivant s’enrichit d’une note supplémentaire selon un schéma qui permet au compositeur de produire des notes répétées, des résonances inédites, des dynamiques vitales ainsi que de la polytonalité et de la bitonalité.